Sang dans les urines : causes et maladies possibles

Vous avez sans doute déjà souffert de nombreux maux dont vous vous êtes remis sans une grande difficulté. Mais si vous constatez un jour la présence du sang dans votre urine, vous paniquerez sûrement. Pour vous rassurer, sachez qu’aussi inhabituelle que soit cette situation, elle demeure bénigne la plupart du temps et vous n’avez pas besoin de vous affoler. En connaissant les différentes causes et les principaux traitements de ce problème urinaire, vous comprendrez mieux cette présence du sang. Pour vous aider, nous vous donnons donc ici toutes les informations utiles.

Que comprendre par « sang dans les urines » ?

Lorsque vous urinez ou lorsque vous avez fini d’uriner, vous pouvez constater une certaine quantité de sang dans l’urine ou au bout de votre urètre. En médecine, cette présence du sang s’appelle « hématurie ». De façon générale, l’ampleur du sang varie et peut prendre de diverses colorations. Ainsi, vous pouvez noter du rose, du rouge ou du brun dans votre urine. Dans d’autres cas, la quantité de sang présente dans l’urine peut être minime au point où vous pourrez ne pas la remarquer à l’œil nu. Dans ces cas, seul un examen approfondi permet de déceler la présence du sang et sa cause.

Lorsque vous souffrez d’une hématurie, le sang que vous voyez dans vos urines peut provenir de différentes sources à savoir : les reins, la prostate, la vessie, les uretères ou encore l’urètre. De plus, avec la puissance de coloration habituelle du sang, une toute petite quantité dans l’urine peut donner l’impression d’une importante hémorragie. C’est pour cela que la majorité des individus panique à la vue de ce sang. Toutefois, vous devez savoir que, peu importe la quantité de sang qui se retrouve dans vos urines, cela demeure un événement anormal. Dans la plupart des cas, c’est le signe d’une affection des voies urinaires. Vous devez donc consulter très rapidement votre médecin pour lui en faire part. Ceci devient encore plus urgent dès que vous ressentez des douleurs ou des difficultés à uriner, ou lorsque vous constatez une urine trouble.

Si vous consultez dès le début un professionnel, vous n’avez pas de soucis à vous faire. L’hématurie demeure un symptôme bénin qui ne cache pas un important problème.

Les différents types d’hématurie

Comme déjà expliquée, la présence du sang dans vos urines peut se révéler avec une petite ou une grande quantité, ce qui permet ou non de la voir à l’œil nu. C’est justement en fonction de l’importance de ce sang que vous pouvez savoir de quel mal vous souffrez. En général, l’hématurie se présente en trois différentes catégories principales.

L’hématurie microscopique

Elle désigne la présence d’une toute petite quantité de sang dans l’urine. Celle-ci reste invisible à l’œil nu et ne se remarque qu’après des analyses ou des examens de bandelettes urinaires. De ce fait, vous ne noterez jamais ce cas puisqu’il n’est diagnostiqué que par hasard, dans le cadre par exemple d’autres examens médicaux (médecine scolaire, analyses urinaires prescrites pour d’autres symptômes, etc.). De plus, à cause de la faible quantité de sang dans le cas d’une hématurie microscopique, il est essentiel de reprendre le test urinaire une ou deux fois : ce n’est que lorsque la présence du sang se confirme que vous devez consulter un spécialiste.

L’hématurie macroscopique

À la différence de l’hématurie microscopique, celle-ci se remarque immédiatement à l’œil nu pendant que vous urinez ou juste après la miction. Vous constaterez notamment des urines avec de diverses teintes (rose, rouge, brun, etc.). Mais peu importe la coloration que cela prendra, vous n’avez pas besoin de vous inquiéter. Si vous consultez rapidement un médecin, il pourra vous rassurer et vous donner la démarche à suivre pour oublier très vite ce problème. Pour confirmer une présence macroscopique de l’hématurie, vous pouvez aussi effectuer des analyses supplémentaires. Ceci vous permettra de déterminer par la même occasion les causes de votre mal. L’hématurie macroscopique peut également s’accompagner de fortes douleurs lors de la miction : ceci constitue une raison fondamentale de vous référer à votre médecin afin d’anticiper d’éventuelles pathologies plus graves.

L’hématurie d’effort

En plus de l’hématurie microscopique et l’hématurie macroscopique, l’hématurie d’effort représente aussi une autre manifestation de la présence du sang dans les urines. Elle peut notamment être à la fois microscopique et macroscopique. Cette forme apparait généralement après des chocs physiques ou de microtraumatismes. Ces derniers agissent directement sur les reins et la vessie. L’hématurie d’effort s’observe le plus souvent chez les sportifs chevronnés (ceux qui participent aux marathons par exemple). Dans ces cas, le médecin traitant peut simplement prescrire du repos pour faire disparaitre le sang.

Les différentes causes du sang dans les urines

Pour comprendre la présence du sang dans vos urines et trouver le traitement idéal, vous devez connaitre les causes. Pour déterminer celles-ci, trois étapes demeurent essentielles. Dans un premier temps, pour établir la raison précise de l’hématurie, votre médecin doit réaliser de diverses analyses à partir d’un échantillon d’urine (par bandelette notamment). Ensuite, il prendra en compte de différents éléments comme :

  • Les signes associés à l’hématurie : les douleurs, la fièvre, les troubles urinaires, la fatigue, etc. ;
  • Les antécédents médicaux : la consommation de certains médicaments, des traitements (des anticoagulants), des antécédents de cancer, un traumatisme, des facteurs de risque (alcool, tabac, etc.).

Dans un deuxième temps, pour trouver la cause de l’hématurie, votre médecin se basera sur la fréquence et le moment de l’émission du sang. Ceci peut se classer en trois catégories à savoir :

  • Une présence de sang dès le début de la miction : il s’agit d’une hématurie initiale et l’origine du saignement peut être liée à l’urètre ou à la prostate chez l’homme surtout ;
  • Une présence de sang à la fin de la miction : ici, on parle d’hématurie terminale et l’urine prend généralement une couleur rouge. La cause de l’hématurie peut être un problème de vessie ;
  • Une présence de sang tout le long de la miction : encore appelée hématurie totale, cette forme se caractérise par la couleur rouge de l’urine du début jusqu’à la fin de la miction. Ici, il s’agit le plus souvent d’une affection urologique ou rénale.

Outre ces différentes causes, le médecin peut découvrir lors des analyses d’autres origines de l’hématurie. Entre autres, voici quelques causes possibles :

  • Une infection urinaire ou une cystite aiguë (avec un inconfort du périnée et des brûlures) ;
  • Un calcul biliaire ou une lithiase (le déplacement d’un calcul dans les reins peut aussi créer des lésions) ;
  • Une tumeur de la vessie ou des reins ;
  • Des traumatismes (suite à un choc physique ou un accident) ;
  • Une infection rénale ou une pyélonéphrite ;
  • Une maladie rénale (une néphropathie, une glomérulonéphrite, un syndrome d’Alport, etc.) ;
  • Une prostatite ou une hypertrophie de la prostate ;
  • Une tumeur de la voie excrétrice supérieure ;
  • Des maladies infectieuses (la tuberculose urinaire ou la bilharziose).

Savoir reconnaitre la présence du sang dans les urines

De par sa composition, le sang possède un pouvoir de coloration inhabituelle. Ainsi, une toute petite quantité dans votre urine peut vous donner l’impression d’une plus grande quantité, ce qui peut vous inquiéter. Au lieu donc de paniquer aux premiers signes, il est important que vous preniez le temps de vérifier la fréquence de l’écoulement (au début, à la fin ou durant toute la miction) et d’analyser un échantillon. C’est pour cela que vous devez consulter votre médecin si vous avez des doutes.

Lorsque vous remarquez par exemple que votre urine prend une couleur rouge ou rosée, ne concluez pas directement une présence de sang. En effet, d’autres éléments peuvent être responsables de ce changement dans votre urine. En général, voici quelques possibilités à vérifier :

  • La consommation de certains aliments (la betterave, le chou rouge, la rhubarbe ou les baies) ou la prise de colorants alimentaires (rhodamine B) ;
  • La consommation des médicaments comme les antibiotiques (rifampicine ou métronidazole), les laxatifs, la rovamycine, l’érythromycine, la vitamine B12, l’ibuprofène (anti-inflammatoire), etc.

En plus de ces différents éléments, d’autres facteurs peuvent influencer la couleur de votre urine et écarter ainsi une présence du sang. Il s’agit des saignements menstruels ou vaginaux chez la femme. En effet, le sang des règles peut facilement se confondre avec une hématurie lorsqu’il se mélange à votre urine. Alors, si vous urinez durant la période de menstruations et vous remarquez que votre urine prend une couleur rouge, rosée ou brune, ne paniquez pas : vous n’avez rien de grave !

Les analyses et les diagnostics nécessaires

Comme expliqué plus haut, pour déterminer la cause de l’hématurie et savoir le traitement adéquat à suivre, vous devez consulter un professionnel. C’est pour cela que dès les premiers signes, vous devez prendre un rendez-vous avec votre médecin. Ce dernier vous fera passer de différents examens afin de mieux cerner le problème. En priorité, il peut procéder à l’analyse d’un échantillon de votre urine pour s’assurer de la présence réelle du sang. Ensuite, il déterminera s’il faut réaliser d’autres examens ou suivre des soins avancés.

En général, pour que la présence du sang dans votre urine devienne inquiétante, sa quantité doit excéder les 10 000 globules rouges par millilitres de sang. Pour estimer cette quantité, le médecin trempera une bandelette réactive dans un flacon d’urine. C’est une étape essentielle surtout que l’hématurie n’est pas visible à l’œil nu. Et même si vous voyez les traces de sang, ne vous affolez pas non plus : il y a toujours une explication simple. Pour des résultats plus précis, voici quelques examens à réaliser :

  • Un examen cytobactériologique des urines (ECBU) : il permet de relever des signes d’une infection des reins (pyélonéphrite), de la prostate ou des voies urinaires (cystite) ;
  • Une échographie : elle servira à confirmer ou écarter les calculs urinaires (coliques néphrétiques) comme la cause de l’hématurie.

Lors d’une consultation médicale dans le cadre du travail, le résultat des analyses peut aussi révéler le diabète ou une insuffisance rénale, ce qui pourrait justifier l’hématurie. Pour des besoins d’analyses supplémentaires (une cystoscopie ou une endoscopie de la vessie), votre médecin vous recommandera un autre spécialiste (un urologue par exemple).

Quelques conséquences et maladies liées à l’hématurie

À ce niveau, vous comprenez déjà que l’hématurie représente une perte de sang légère, qui ne nécessite donc pas que vous paniquiez. Toutefois, dès que vous remarquez le moindre signe de la présence du sang dans votre urine, nous vous recommandons de consulter votre médecin. Ceci vous permet de vous rassurer et d’anticiper d’éventuelles complications.

En effet, même si cela n’a rien d’alarmant, l’hématurie témoigne la plupart du temps un dysfonctionnement ou une infection d’une partie de votre système urinaire. C’est pour cela que vous devez réaliser le plus tôt possible des analyses pour corriger l’anomalie et détecter une éventuelle pathologie grave. Si vous ne réagissez pas vite, des conséquences pourraient alors survenir sur le long terme. Pour vous en donner une idée plus claire, voici quelques autres maladies liées à l’hématurie :

  • La formation de caillots sanguins dans l’urine ;
  • L’apparition des anémies chez les patients ;
  • L’accentuation des douleurs lors de la miction ;
  • Le cancer de la vessie ;
  • Une tumeur des voies urinaires à long terme ;
  • Une maladie urologique ou néphrologique, etc.

En plus de ces maladies, vous devez aussi savoir que l’hématurie se révèle plus inquiétante chez les personnes âgées et celles qui fument. Ne trainez donc pas avant de consulter votre médecin afin de lever tous les doutes et d’éviter des complications.

Les solutions et traitements possibles de l’hématurie

Même si l’hématurie ne présente pas un réel danger, vous devez le diagnostiquer très rapidement. De plus, le traitement dépend de la cause : en l’identifiant plus vite, vous pourrez vous soigner. En résumé, voici quelques solutions à la présence du sang dans les urines :

  • Dans le cas d’une infection urinaire (cystite), votre médecin peut vous prescrire des antibiotiques ;
  • Pour une pyélonéphrite, vous pourrez être hospitalisé pour recevoir des antibiotiques plus puissants ;
  • Pour les calculs rénaux ou urinaires, le médecin peut vous demander d’attendre que le calcul se dissolve (pour les cas mineurs) ou vous prescrire un traitement médical, voire chirurgical ;
  • Pour une hématurie causée par tumeur, vous serez prise en charge dans un service de cancérologie ;
  • Pour d’autres causes exceptionnelles, le médecin peut recommander une sonde vésicale, une opération chirurgicale ou encore une radiothérapie.

Maintenant que vous connaissez tous les détails de l’hématurie, vous n’avez plus besoin de vous inquiéter désormais. En notant une présence de sang dans vos urines, vous pouvez simplement consulter votre médecin et suivre son avis.

Guillaume

A propos de l'auteur: Guillaume

Hématologue dans un grand centre hospitalier en région parisienne, je gère le site dondusang.net depuis 2019.

Tu pourrais aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *