Sang dans les selles : symptômes, causes et comment faire ?

Lorsque vous remarquez du sang dans les selles, il est presque normal que vous vous en inquiétiez. C’est d’ailleurs une grande source de soucis pour ceux qui en souffrent puisque c’est un saignement qui suppose une blessure dans votre tube digestif. La plupart des cas, le sang peut provenir d’une lésion du rectum, de l’anus ou du côlon. Mais devez-vous paniquer ? Que devez-vous faire ? Selon l’évolution du mal et les sensations, vous pouvez déjà consulter un médecin pour suivre un traitement spécifique. Pour vous permettre de mieux appréhender ce problème et même l’anticiper, vous trouverez ici toutes les informations utiles.

Le sang dans les selles : présentation et principales caractéristiques

Le sang que vous pouvez retrouver dans les selles représente un sang non digéré qui provient de l’anus. D’une couleur rouge vif, il traduit une hémorragie de l’appareil digestif et s’appelle aussi la rectorragie. Par extension, ce mal peut désigner les saignements rouges qui viennent de la zone anale ou du côlon. Si vous remarquez plutôt du sang noir dans les selles, il s’agit de méléna ou de selles noires. C’est un sang digéré qui se mélange aux selles et dégage une odeur fétide. Ce saignement provient pour sa part d’une hémorragie en amont de l’angle droit du côlon. La première manière d’éviter ce problème consiste à adopter une habitude alimentaire saine, surtout lorsque vous effectuez régulièrement du sport. Dans ce sens, consultez ce site, spécialisé en nutrition sportive pour adapter votre alimentation à vos activités.

La rectorragie demeure une maladie qui touche tous les individus, peu importe l’âge. Toutefois, le sang dans les selles reste fréquent chez les personnes âgées, principalement les hommes. Généralement, il survient après la selle, et peut être récidivant ou non. La rectorragie se distingue par un petit ou un important saignement selon la cause. Dans le premier cas, le sang peut même demeurer invisible à l’œil nu (c’est parfois le signe d’un cancer du côlon). Mais dans le second cas, la rectorragie peut entraîner des pertes sanguines qui exigeront nécessairement une prise en charge en urgence.

Les principaux symptômes de la rectorragie

Comment pouvez-vous savoir que vous souffrez d’une rectorragie ? À part le saignement que vous remarquerez par le sang dans les selles, il n’y a pas réellement de signe distinctif de ce mal. Toutefois, certains symptômes peuvent vous alerter sur la présence de la pathologie et sur son évolution.

Les symptômes caractéristiques du sang dans les selles

Vous devez savoir avant tout que dans certains cas, les personnes qui présentent du sang dans les selles peuvent ne pas s’en rendre compte immédiatement et ne pas détecter un symptôme. Par contre, d’autres peuvent ressentir des douleurs ou des gênes comme : des douleurs abdominales, des vomissements, de la faiblesse, de la difficulté à respirer, de la diarrhée, des palpitations, des évanouissements et une perte de poids selon la cause, l’endroit, la longueur et la gravité du saignement. La rectorragie peut également s’accompagner d’autres symptômes tels que :

  • Des douleurs anales ;
  • Un prurit (démangeaisons) anal ;
  • Des douleurs digestives ;
  • Une diarrhée ou une constipation ;
  • Une anémie ou une pâleur ;
  • De la fièvre ;
  • Une altération de l’état général.

L’évolution et la complication possible du mal

Comme indiqué plus haut, vous pourrez ne pas remarquer immédiatement le sang dans les selles à cause de leur quantité minime. Toutefois, si vous notez la moindre trace ou si vous ressentez l’un des signes distinctifs, vous devez prendre rapidement les mesures nécessaires. En effet, la rectorragie n’est pas un symptôme à négliger. Même minime, elle peut très vite évoluer et entraîner des pathologies potentiellement graves. Dans certains cas, elle peut provoquer une anémie chronique, au risque de mettre en jeu votre pronostic vital. Alors, pour éviter des complications, nous vous recommandons fortement de consulter rapidement un médecin afin de savoir l’attitude à tenir. Le professionnel vous demandera notamment d’effectuer des examens nécessaires au diagnostic pour déterminer la cause du mal et les traitements adéquats.

Les différentes causes du sang dans les selles

Selon les différentes études, le sang dans les selles provient dans 95 % des cas, d’un saignement du côlon, du rectum ou de l’anus. Cependant, il peut avoir aussi des origines très diverses.

Les principales causes de la rectorragie

Comme première cause du sang dans les selles, les hémorroïdes demeurent l’explication la plus justifiée. Dans ce cas, le saignement d’une couleur rouge vif peut se révéler parfois abondant suite à la selle, mais il disparaît au bout de quelques minutes. Voici d’autres causes importantes de ce mal :

  • La fissure anale : elle est fréquente en cas de troubles du transit intestinal et provoque des rectorragies minimes. Vous pourrez ressentir une douleur lors de l’émission des selles ;
  • Les lésions de grattage des dermatoses anales : il s’agit de la mycose, de l’eczéma de contact ou du psoriasis. Ils génèrent des saignements rouges de l’anus avec une faible abondance ;
  • Les ulcérations du rectum par traumatisme : le sang dans les selles peut être aussi la cause d’une prise répétée de la température rectale. Dans ce cas, le saignement survient juste après l’utilisation du thermomètre ;
  • Les tumeurs de l’anus, du rectum et du côlon : bénignes (les polypes) ou malignes (cancer colorectal), ces tumeurs peuvent provoquer un saignement, parfois invisible à l’œil ;
  • La diverticulose du côlon : c’est une anomalie anatomique acquise du côlon et qui se caractérise par la présence de diverticules coliques ;
  • Les inflammations du côlon ou du rectum : elles regroupent une maladie inflammatoire chronique de l’intestin, une atteinte infectieuse du rectum par une infection, une diarrhée aiguë infectieuse, une colite ischémique de la personne âgée, etc. ;
  • Les angiodysplasies coliques : elles représentent des malformations vasculaires au niveau du côlon surtout chez les personnes âgées, ce qui peut entraîner des lésions saignantes ;
  • Les causes secondaires à des traitements : le sang dans les selles peut aussi résulter de certains soins comme une radiothérapie pelvienne, un traitement anticoagulant ou anti-inflammatoire, une utilisation de pommades, un acte de chirurgie digestive.

Autres causes possibles du sang dans les selles

En plus des origines déjà citées, la rectorragie possède également d’autres sources secondaires. Lorsque le saignement concerne par exemple la région colique ou rectale, voici les causes possibles :

  • Un polype ou un cancer de l’anus, du rectum ou du côlon ;
  • Une colite ou une maladie inflammatoire (la maladie de Crohn) ;
  • Une angiodysplasie (les vaisseaux sanguins fragiles et anormaux peuvent provoquer les saignements) ;
  • Un ulcère gastro-duodénal (le mal provient d’une plaie ouverte dans la paroi de l’estomac ou du duodénum) ;
  • L’utilisation à long terme ou de fortes doses de médicaments anti-inflammatoires (aspirine, ibuprofène, naproxène) ;
  • Des polypes (des excroissances bénignes qui peuvent croître, saigner et devenir cancéreuses) ;
  • Des problèmes œsophagiens (les déchirures de l’œsophage peuvent entraîner de graves pertes de sang).

La consultation médicale : la solution la plus urgente

Médecin, Je Tomographe, Je Suis Étudiant, HôpitalPour éviter une évolution rapide du mal et anticiper toute complication, la meilleure solution consiste à recourir le plus tôt possible à un médecin. Même si le sang présent dans les selles n’est pas d’une grande quantité, vous ne devez pas négliger ses symptômes. D’ailleurs, la rectorragie est rarement abondante et s’accompagne de signes généraux comme la pâleur, une respiration et des battements cardiaques rapides, des sueurs, des malaises, etc. Comme première action, contactez immédiatement les urgences médicales. Lorsque vous appelez, pour vous faire comprendre et savoir la démarche à suivre, voici quelques règles à respecter :

  • Exprimez-vous calmement et clairement ;
  • Communiquez votre numéro de téléphone, votre nom et celui de la personne malade ;
  • Indiquez votre adresse exacte (étage, code d’accès, etc.) pour les secours éventuels ;
  • Décrivez avec précision les symptômes observés, et donnez l’heure d’apparition ;
  • Ne raccrochez pas avant d’avoir eu toutes les informations nécessaires.

Les préparatifs de la consultation

Pour les cas les plus graves, le médecin vous enverra les secours pour une prise en charge urgente. Ceci permettra de limiter au maximum les risques de complications. Par contre, pour les premiers symptômes de la rectorragie, vous pouvez prendre simplement rendez-vous avec un médecin compétent pour effectuer des analyses. Avant le jour de la rencontre, vous devrez tout de même vous préparer. À cet effet, voici quelques signes à analyser pour identifier plus facilement la cause du sang dans les selles :

  • Essayez d’évaluer la quantité de sang perdue (vu le caractère impressionnant et inhabituel de ce symptôme, certains patients ont tendance à surestimer cette quantité) ;
  • Déterminez la fréquence du saignement par l’anus (à chaque selle, de façon épisodique, en particulier en cas de constipation) ;
  • Vérifiez la couleur du sang présent dans les selles (rouge vif ou foncé) ;
  • Cherchez à savoir à quel moment vous remarquez le sang (sur le papier d’essuyage, dans la cuvette des WC après la selle, ou sur vos sous-vêtements en dehors de toute émission de selle) ;
  • Pour les femmes, assurez-vous que le saignement provient bien de l’anus et non de votre vagin (les menstrues) ;
  • Essayez de relever d’autres éventuels symptômes associés (douleurs abdominales ou rectales, constipation, suintement de l’anus, perte d’appétit, signes articulaires, etc.) ;
  • Établissez une liste de tous les médicaments que vous avez pris récemment pour déterminer ceux qui pourraient favoriser les saignements (anticoagulants, suppositoires ou pommades rectales).

Les premiers soins appliqués par médecin : le bilan et les analyses

Une fois chez votre médecin pour le rendez-vous, il cherchera avant tout à prendre note des différents symptômes afin de déterminer la cause des saignements. Pour commencer, il vous interrogera sur les signes que vous avez remarqués (présence de sang dans les selles, saignement par l’anus en dehors de la défécation, etc.). Ensuite, il réalisera un examen clinique de la région anale par un toucher rectal. Ceci lui permettra de rechercher la présence d’une éventuelle lésion ou d’une tuméfaction. Après cette première phase, selon les observations, l’âge du patient et les signes présentés, le médecin prescrira un bilan complémentaire. Ce dernier peut se composer des tests ci-après :

  • L’anuscopie et la rectoscopie : ces examens s’effectuent grâce à un endoscope rigide pour observer l’anus et l’intérieur du rectum ;
  • La rectosigmoïdectomie : ce test peut se pratiquer en urgence sans anesthésie et permet notamment d’examiner le sigmoïde et le côlon gauche ;
  • La coloscopie : le médecin recourt à cet examen lorsqu’il suspecte un saignement par l’anus d’origine colique pour ne pas méconnaître l’existence d’une autre lésion située au niveau du côlon ;
  • L’endoscopie : elle consiste à introduire un endoscope souple dans le rectum puis le côlon, afin de visualiser leurs parois internes (cet examen nécessite une préparation du patient de quelques jours) ;
  • En cas de résultats non concluants après ces tests, le médecin recommandera d’autres explorations du tube digestif par scanner ou IRM.

Les traitements envisageables pour la rectorragie

Thermomètre, Maux De Tête, La Douleur, PilulesEn fonction de la cause du sang dans les selles, les traitements à envisager diffèrent. Dans une première étape, le médecin devra localiser la lésion avec les examens déjà énumérés. Une prise de sang pourra également permettre d’évaluer l’impact des saignements sur la composition sanguine. Dans le cas de pertes sanguines importantes, le patient pourra être pris en charge en réanimation pour effectuer au besoin des transfusions sanguines. En bref, le traitement de la rectorragie peut comporter de multiples phases selon l’origine du saignement par l’anus.

Les traitements pour arrêter le saignement du tube digestif

Pendant l’endoscopie réalisée par le médecin, ce dernier pourrait observer d’importantes lésions dans les parois internes du rectum et du côlon. Dans ce cas, il devra effectuer en même temps des gestes thérapeutiques comme :

  • L’électrocoagulation d’une lésion du tube digestif qui saigne ;
  • La pose de clips pour arrêter la rectorragie ;
  • L’injection de produits hémostatiques (afin de stopper l’hémorragie).

Les soins pour traiter directement la cause de la rectorragie

Selon la principale cause de l’émission du sang dans les selles, de différentes mesures restent possibles. Ainsi, le médecin peut vous prescrire les traitements suivants :

  • L’ablation d’une lésion (polype, adénome, etc.) lors de la rectocoloscopie ;
  • La suppression des prises médicamenteuses en cause ou du contrôle de la température par voie rectale ;
  • Le traitement d’une dermatose anale, d’une fissure anale ou d’hémorroïdes ;
  • Le traitement d’un cancer colorectal ou anal ;
  • Les soins liés à une maladie de Crohn ou à une rectocolite hémorragique ;
  • L’électrocoagulationen cas d’angiodysplasies ;
  • La pose de clips chirurgicaux (agrafes pour fermer un vaisseau sanguin) en cas de diverticulose, ou une embolisation radiologique.

L’hospitalisation en cas de rectorragie abondante

Dans les cas rares où le saignement est important, le médecin imposera au patient une hospitalisation afin de compenser la perte de sang par des perfusions (et au besoin par une transfusion sanguine). Il pourra aussi recommander des examens supplémentaires pour évaluer l’impact du saignement par l’anus sur l’organisme. Voici donc quelques tests à réaliser :

  • Un bilan sanguin ;
  • Une coloscopie ;
  • Une endoscopieœsogastroduodénale, dans le cas de suspicion d’hémorragie digestive haute ;
  • Un angioscanner (l’utilisation d’un scanner qui permet de visualiser les vaisseaux sanguins) ;
  • Une artériographie digestive (l’exploration des vaisseaux sanguins du système digestif).

Pour aller plus loin…

En conclusion, vous devez savoir que le sang dans les selles peut aussi survenir durant la grossesse. Ici, il est souvent causé par des hémorroïdes (des vaisseaux sanguins anormalement gonflés dans la région rectale) notamment au cours du dernier trimestre et après l’accouchement.

Chez le nourrisson, la rectorragie demeure très rare. La forme la plus courante reste l’ulcération thermométrique due à la prise régulière de la température par le rectum avec un thermomètre.

Chez l’enfant, la rectorragie se montre aussi très rare. Il pourrait tout au plus souffrir comme le nourrisson de l’ulcération thermométrique ou de la fissure anale. Mais le sang dans les selles peut provenir également des polypes du rectum causés par le viol.

Guillaume

A propos de l'auteur: Guillaume

Hématologue dans un grand centre hospitalier en région parisienne, je gère le site dondusang.net depuis 2019.

Tu pourrais aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *