Saignement sous pilule : faut-il s’inquiéter ?

La contraception orale peut-elle déclencher un écoulement de sang en dehors des menstruations et des pénétrations vaginales ? Ce phénomène représente-t-il le symptôme d’une infection sexuellement transmissible ou d’une maladie insidieuse ? Peut-il entraîner de graves conséquences ? Pouvez-vous accéder à des traitements en temps réel ?

Saignement sous pilule, un dérèglement hormonal bénin

Ce problème touche de nombreuses femmes sous contraception orale. Appelé spotting par les professionnels de la santé, il désigne un écoulement de sang en dehors de la période des menstrues. Il se traduit par des pertes indolores de couleur foncée. Ne confondez surtout pas ce phénomène aux règles traditionnelles. Certes, les légers saignements proviennent de la cavité utérine. Mais, cela se passe à compte-goutte. Peu abondants, ils apparaissent et s’estompent de façon ponctuelle.

Spotting sous pilule, un problème hormonal

La prise de pilule représente l’une des causes majeures des écoulements sanguins en dehors de la période des menstrues. Le phénomène résulte d’une insuffisance d’œstrogènes dans l’organisme féminin. Le corps subit alors un dérèglement hormonal qui atrophie et fragilise la muqueuse utérine. Cela entraîne de micro-saignements vaginaux. Ce type de spotting peut se déclencher dans plusieurs cas.

  • Vous pouvez le constater lorsque vous commencez par prendre des pilules minidosées ou progestatives dans le but d’empêcher toute grossesse non désirée.
  • Certaines femmes remarquent ce phénomène quand elles changent de contraception orale.
  • L’oubli de vos comprimés peut aussi provoquer des hémorragies vaginales en dehors de la période des menstrues. Parfois, cela déclenche carrément vos règles.
  • Ce problème peut également survenir si vous prenez des pilules en continu ou arrêtez d’en prendre.
  • Enfin, certains saignements sous contraception orale représentent des « règles anniversaires ». Ce thème désigne les légers écoulements qui apparaissent dans la première semaine de la fécondation. En effet, les femmes peuvent tomber enceintes lorsqu’elles ne respectent pas les instructions indiquées sur la notice de leur pilule. Cela survient quand vous entretenez des rapports sexuels sans protection après avoir oublié de prendre régulièrement vos cachets. Dans le cas, le spotting résulte de la nidation. Concrètement, la paroi de l’utérus s’irrite et saigne légèrement dès que l’œuf fécondé s’y arrime.

Ne paniquez pas face à une telle situation. Les écoulements sanguins de couleur foncée disparaissent dès que l’organisme retrouve son équilibre en œstrogènes. Ils ne génèrent souvent aucune complication susceptible d’affecter votre santé. D’autres contraceptions comme le stérilet, l’implant, le patch ou l’anneau peuvent aussi déclencher un spotting. Dans ces cas, les saignements s’expliquent également par un dérèglement hormonal. Ils disparaissent généralement au bout de quelques jours dès que l’organisme se réadapte. De légers écoulements peuvent apparaître lorsque vous passez d’un moyen de contraception à un autre.

Spotting sous pilule, une autorégulation hormonale

Ne vous inquiétez surtout pas si vous remarquez des saignements sous contraception orale. Cela s’arrête généralement après quelques jours lorsque l’organisme retrouve son équilibre en œstrogènes. L’attitude à adopter dépendra essentiellement de vos objectifs.

Ne suspendez surtout pas la prise de vos pilules si vous constatez de légers écoulements sanguins. Cela compromettrait l’efficacité de votre traitement. Vous vous exposez ainsi à des risques de grossesse non désirée et à ses conséquences. Les professionnels recommandent de continuer normalement avec votre contraception orale. Conformez-vous strictement à la notice du fabricant pour éviter toute surprise désagréable. Les écoulements sanguins ne remettent pas en cause l’action de vos pilules. Ils devraient disparaître rapidement dès que l’organisme renouera avec son équilibre en œstrogènes.

Un oubli de la prise de votre contraception orale peut déclencher vos menstrues. Cela réduit considérablement les risques de grossesse non désirée. Parfois, cette omission n’entraîne que de légers écoulements sanguins. Avalez le comprimé manquant et poursuivez avec votre prévention lorsque vous vous rendez compte de votre bévue dans un délai de moins de 12 heures. Pour tout décalage supérieur à une demi-journée, prenez en urgence la pilule du lendemain. Par précaution, mettez un préservatif pour vos rapports sexuels durant les 7 jours qui suivront. Bien évidemment, vous devez aussi lire la notice de vos cachets pour relever les instructions du fabricant dans une telle situation. Respectez-les strictement pour éviter toute surprise désagréable. Intéressez-vous également aux conseils liés à un oubli en période d’ovulation.

La prudence recommande d’effectuer un contrôle de routine même lorsque les légers écoulements sanguins en dehors des menstrues disparaissent d’eux-mêmes. Il vous auscultera pour identifier la cause exacte du phénomène. En effet, un spotting peut se déclencher après une nidation ou un autre dysfonctionnement organique.

Spotting sous pilule, la consultation d’un médecin

Les saignements sous contraception orale ne doivent susciter aucune inquiétude. Ils constituent donc des phénomènes normaux et justifiés. Ils s’expliquent par un simple déséquilibre hormonal. Ils disparaissent au bout de quelques jours dès que l’organisme réussit à s’adapter. Ne vous précipitez pas chez un médecin quand vous remarquez un spotting sous pilule. Patientez quelques jours pour vérifier s’il s’estompera automatiquement. Ensuite, vous pourrez en discuter avec votre gynécologue lors d’un contrôle de routine. Il vous auscultera pour s’assurer que le vagin ou l’utérus ne présente aucune lésion. Toutefois, une consultation s’impose dans deux cas.

  • Rendez-vous chez un professionnel de la santé dès que vous remarquez des écoulements abondants et persistants de sang. En temps normal, les saignements ne doivent pas excéder une semaine. Lors de la première visite, le spécialiste posera une série de questions pour essayer de comprendre l’origine du spotting. Il pourrait vous recommander de changer de pilule ou de type de contraception dans le but d’accélérer le rétablissement de l’équilibre hormonal. Des analyses plus approfondies s’imposeront si la situation persiste. En effet, d’autres facteurs peuvent provoquer ce phénomène. Le gynécologue ordonnera des tests pour identifier la véritable origine du problème afin de vous prescrire des traitements adaptés.
  • Vous devez aussi consulter rapidement un spécialiste lorsque les légers écoulements sanguins s’accompagnent de douleurs. Cela suppose généralement la présence de micro-traumatismes vaginaux et utérins. Dans ce cas, les saignements sous pilule ne relèvent pas systématiquement d’un dérèglement hormonal. Ils peuvent également s’expliquer par d’autres facteurs.

Spotting sous pilule, les autres causes probables

Les saignements sous contraception orale ne s’expliquent pas toujours par un déséquilibre hormonal. En effet, divers autres événements physiologiques ou psychologiques peuvent générer des dysfonctionnements organiques susceptibles de provoquer ces légers écoulements de sang. Vous devez impérativement consulter un gynécologue si les pertes paraissent trop abondantes. Inquiétez-vous également lorsqu’elles persistent en dépit d’un changement de pilule.

Spotting sous pilule, la conséquence d’une maladie gynécologique

Certaines pathologies insidieuses peuvent déclencher de légers écoulements de sang indépendamment de tout règlement hormonal. Consultez votre gynécologue pour qu’il puisse vous ausculter pour confirmer l’absence d’anomalie. Cela s’impose en cas de saignements abondants, persistants ou trop récurrents. Une prompte réaction pourrait vous éviter la complication d’une infection. Plusieurs événements physiologiques ou psychologiques peuvent entraîner un spotting indépendamment des pilules que vous prenez.

  • Les polypes utérins peuvent aussi provoquer des écoulements sanguins en dehors des menstrues. Ils désignent une tumeur non cancéreuse qui s’installe au niveau du col ou de la cavité de l’utérus. Également appelés fibromes, ils se traduisent par des saignements plus abondants accompagnés de douleurs au bas-ventre. La personne affectée ressentira également de la fatigue et de la fièvre. Le gynécologue recommande généralement un examen échographique et un frottis cervical pour s’assurer de la présence d’une masse dans l’utérus. Il vérifie aussi si vous ne souffrez pas d’une pathologie cancéreuse. Ces différentes analyses lui permettent de poser facilement son diagnostic.
  • Une inflammation de l’endomètre peut également déclencher des saignements en dehors de la période des menstrues. Divers facteurs peuvent entraîner une infection de la muqueuse qui tapisse l’utérus. Une maladie sexuellement transmissible comme le chlamydiose ou l’adénomyose peut affecter le fonctionnement normal de cet organe. Cette pathologie s’explique parfois par la présence de débris placentaires issus d’un avortement mal réussi ou d’un accouchement antérieur. Le spotting dû à une endométrite entraîne généralement des douleurs importantes au bas ventre accompagnées d’un état fiévreux et de pertes vaginales malodorantes.
  • Certains saignements sous pilule s’expliquent par une endométriose. Cela désigne la présence anormale d’une muqueuse à l’extérieur de la cavité utérine. Cette pathologie touche régulièrement une femme sur dix. Elle provoque souvent de légers écoulements sanguins en dehors des menstruations. Cela s’associe généralement à des douleurs récurrente et aiguë au niveau du bassin, des lombes et des abdominaux. Cela peut vous irradier jusque dans les jambes. La plupart des personnes affectées se plaignent aussi de difficultés à uriner.

Spotting sous pilule, la conséquence de certains changements physiologiques

Les dépressions, les angoisses et les émotions fortes peuvent provoquer de légers saignements vaginaux chez certaines femmes sous contraception orale. Le stress affecte aussi bien les nerfs que le fonctionnement de l’organisme. Parfois, il entraîne un dérèglement hormonal susceptible de déclencher un spotting. Les écoulements sanguins disparaissent dès que vous retrouvez votre calme et votre quiétude. Un jet-lag dû à un long voyage peut également provoquer de légers saignements en dehors des menstrues. Cela s’explique par un soudain déséquilibre de votre horloge biologique. En principe, cela ne dure que quelques jours. Les écoulements sanguins disparaissent dès que votre corps s’adapte à son nouveau rythme. De même, la pré-ménopause s’accompagne souvent d’un dérèglement hormonal. Cela peut provoquer un spotting sans aucune gravité.

Par ailleurs, un rapport sexuel après une longue période d’abstinence peut déclencher de micro-traumatismes susceptibles d’entraîner de légers écoulements de sang. En effet, le simple contact de la verge du conjoint peut irriter le col de l’utérus et provoquer des saignements. Parfois, cela s’accompagne de douleurs. Dans ce cas, le spotting s’explique par un manque de lubrification vaginale. Consultez rapidement votre gynécologue pour prévenir toute infection. Demandez à votre partenaire d’allonger les préliminaires ou d’utiliser un gel spécifique avant la pénétration sexuelle. Cela permettra d’éviter toute déchirure vaginale. N’arrêtez surtout pas la prise de vos pilules dans une telle situation. Cela vous exposerait à un risque de grossesse non désirée.

Spotting sous pilule, les traitements proposés

La prise en charge diffère en fonction de la cause des saignements en dehors des menstrues. Les gynécologues ou les médecins traitants proposent donc des solutions en fonction des éléments relevés lors de l’auscultation.

Spotting sous pilule, un bon dosage hormonal

Généralement, les légers écoulements sanguins finissent par disparaitre au bout de quelques jours dès que l’organisme retrouve son équilibre en œstrogènes. Ne vous précipitez donc pas chez un professionnel de la santé si vous remarquez un spotting. Patientez un peu avant d’effectuer un contrôle de routine si les saignements persistent. Lors de la consultation, le gynécologue s’assurera de l’absence d’infection au niveau du vagin et de l’utérus. Si nécessaire, il peut demander quelques analyses préalablement au diagnostic. Il recommande souvent la poursuite de la prise de vos pilules quand vous ne signalez pas de dysfonctionnement majeur. Parfois, il prescrit une nouvelle contraception orale pour aider l’organisme à retrouver rapidement son équilibre hormonal. Il peut également vous imposer un repos s’il parvient à établir que votre problème relève d’un stress ou d’une angoisse.

Spotting sous pilule, le traitement des maladies identifiées

Les saignements persistants accompagnés de douleur ne s’expliquent pas uniquement par un dérèglement hormonal. Le professionnel de la santé doit vous prendre en charge de manière spécifique lorsqu’il découvre une maladie gynécologique.

  • Il vous prescrira des antibiotiques lorsqu’il diagnostique un spotting dû à une maladie sexuellement transmissible comme la chlamydia. Vous devez associer votre conjoint et vos éventuels partenaires sexuels des 2 derniers mois à ce traitement. Les soins dépendront de l’infection détectée et de son stade d’évolution.
  • Une intervention chirurgicale s’impose généralement en cas de fibrome, de polype ou de kyste. Votre médecin prend toutes les dispositions requises pour que l’opération se déroule dans de bonnes conditions. Il met en place un protocole spécifique de soins lorsqu’il diagnostique un cancer.

Le professionnel de la santé prescrit les traitements en fonction des maladies et des infections relevées. Votre ordonnance tiendra compte des maux dont vous souffrez réellement. Peu importe ses causes, le spotting reste un phénomène bénin qui ne doit pas susciter d’inquiétude. Contactez simplement votre gynécologue au plus tôt pour qu’il vous ausculte et vous indique les dispositions pratiques à prendre. Les écoulements de sang s’estomperont automatiquement et les gènes disparaîtront également assez rapidement.

Guillaume

A propos de l'auteur: Guillaume

Hématologue dans un grand centre hospitalier en région parisienne, je gère le site dondusang.net depuis 2019.

Tu pourrais aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *