Saignement en dehors des règles : causes et traitements

Dénommé spotting par les professionnels de la santé, ce phénomène touche de nombreuses femmes. Qu’est-ce qui peut justifier un tel bouleversement du cycle menstruel ? Est-ce dangereux ? Devez-vous vous en inquiéter ? Quels soins proposent la médecine pour y remédier ?

Saignement en dehors des règles, un phénomène sans gravité

Le spotting désigne des écoulements sanguins qui ne s’inscrivent pas dans le cycle menstruel habituel de la femme. Ils proviennent à compte-gouttes de la cavité utérine. Ils apparaissent de manière ponctuelle. Ils s’estompent aussi souvent de façon inattendue. Ces saignements représentent des pertes indolores généralement peu abondantes. Ils se démarquent des règles traditionnelles par leur couleur foncée. Le spotting ne constitue pas une pathologie grave qui doit susciter des inquiétudes. Les professionnels de la santé connaissent très bien ce phénomène. Outre les gènes corporels, il n’entraîne souvent aucune complication.

Habituellement, ces écoulements sanguins disparaissent d’eux-mêmes dès que l’organisme parvient à retrouver son équilibre hormonal. Vous n’avez donc pas besoin de vous précipiter chez un médecin lorsque vous remarquez un spotting sous pilule ou sous contraception. Par contre, vous devez consulter un gynécologue quand vous constatez des saignements abondants et persistants. Cela s’impose également si les écoulements sanguins anormaux s’accompagnent aussi de douleurs. Le spécialiste vous auscultera pour identifier l’origine du dysfonctionnement en vue d’une prise en charge adéquate.

Saignement en dehors des règles, la conséquence d’un déséquilibre hormonal

Les changements liés au cycle menstruel dépendent essentiellement des proportions d’œstrogènes et de progestérones dans le corps féminin. Tout déséquilibre de ces substances organiques entraîne généralement un spotting. Ce phénomène s’observe souvent chez les personnes sous pilule. Des événements physiologiques comme le stress peuvent aussi le déclencher.

Spotting, la conséquence d’une contraception

Les saignements sanguins en dehors de la période des menstrues s’expliquent généralement par la prise de pilule. En effet, ces comprimés fournissent des œstrogènes et des progestatifs au corps féminin dans le but d’empêcher toute fécondation. Un mauvais dosage de ces substances organiques actives provoque un dérèglement hormonal. Cela atrophie et fragilise la muqueuse utérine. Cela peut déclencher de micro-saignements vaginaux. Ce type de spotting s’observe dans plusieurs cas.

  • La plupart des femmes remarquent ces écoulements sanguins anormaux lorsqu’elles se mettent sous pilules minidosées ou progestatives.
  • Ce phénomène se constate aussi quand vous décidez de changer de contraception orale.
  • De même, vous vous exposez à un spotting lorsque vous oubliez de prendre vos cachets. Parfois, cela provoque carrément des règles de manière anticipée.
  • Des saignements en dehors des menstrues peuvent également apparaître lorsque vous utilisez vos pilules sans interruption ou arrêtez avec ces comprimés.

Les autres moyens contraceptifs comme le stérilet, l’implant, le patch ou l’anneau influencent aussi les proportions d’œstrogènes et de progestatifs dans le corps féminin. Parfois, ils peuvent provoquer un dérèglement hormonal susceptible de déclencher des saignements anormaux. Ces légers écoulements sanguins n’entrainent souvent aucune complication dangereuse. Ils n’affectent pas votre état de santé. En général, ils disparaissent au bout de quelques jours. Un spotting sous contraception ne doit donc susciter aucune inquiétude.

Spotting, la conséquence de certains changements physiologiques

Les dépressions, les angoisses et les émotions fortes n’affectent pas uniquement les nerfs et la psychologie. Elles peuvent aussi provoquer un dérèglement hormonal en absence de pilule, de stérilet, d’implant, de patch ou d’anneau. Bien évidemment, cela peut déclencher des saignements vaginaux en dehors du cycle menstruel habituel. Certaines femmes subissent également un spotting après les longs voyages. En effet, le jet-lag dû à ces déplacements peut déséquilibrer l’horloge biologique. Cela se traduit souvent par des perturbations susceptibles de générer de légers écoulements de sang qui ne s’inscrivent pas dans le cadre de vos menstrues. Enfin, de nombreuses femmes subissent un dérèglement hormonal pendant la pré-ménopause. Cela déclenche aussi quelquefois des saignements vaginaux inhabituels. Dans tous les cas évoqués ci-dessus, le spotting se révèle sans gravité.

Par ailleurs, certains spotting annoncent la survenance d’une grossesse. Dénommés « règles anniversaires », ils apparaissent dès la première semaine de la fécondation. Ils résultent de la nidation. En effet, la paroi de l’utérus s’irrite généralement lorsque l’œuf s’y dépose. Cela se traduit souvent par des écoulements insignifiants. La prudence recommande donc de consulter systématiquement un gynécologue même lorsque le spotting disparaît de manière automatique. Un contrôle de routine vous aidera à identifier la cause exacte du dysfonctionnement passager afin de prendre des dispositions pratiques pour éviter toute complication ultérieure.

Enfin, certains légers saignements sanguins proviennent de micro-traumatismes vaginaux. Ils apparaissent généralement après une longue période d’abstinence sexuelle. Cela s’explique par une irritation et par une fragilisation du col de leur utérus au contact de la verge de leur partenaire. Elles éprouvent souvent des douleurs après le déclenchement des saignements. Ce spotting résulte donc d’un manque de lubrification vaginale et non dérèglement hormonal. Ces saignements se révèlent sans grand danger lorsque vous consultez rapidement un gynécologue. Cela vous préservera d’une infection et de ses éventuelles aggravations. Généralement, l’allongement des préliminaires et l’utilisation d’un gel spécifique avant la pénétration sexuelle permettent de prévenir les déchirures vaginales.

Spotting, le symptôme d’une maladie gynécologique

Certaines pathologies insidieuses peuvent provoquer des écoulements sanguins en dehors des menstrues. Dans ces cas, le phénomène ne résulte pas d’un dérèglement hormonal. Il représente plutôt la manifestation physique d’un réel dysfonctionnement de l’organisme dû à une infection ou une maladie. Cela se traduit généralement par des saignements persistants, abondants ou récurrents. Ce type de spotting peut se déclencher dans différents cas.

  • Les écoulements sanguins en dehors des menstrues peuvent s’expliquer par des polypes utérins. Également appelé fibrome, ce thème désigne une tumeur non cancéreuse qui touche le col ou la cavité de l’utérus. À un stade avancé, il provoque généralement un saignement plus ou moins abondant avec des douleurs au bas-ventre. Cela s’accompagne souvent de fatigue et de fièvre. Avant d’établir son diagnostic, le gynécologue réclame habituellement aux patientes un examen échographique et un frottis cervical. Ces différentes analyses lui permettent de confirmer la présence d’une masse au niveau de l’utérus. Il en profite également pour vérifier si vous souffrez éventuellement d’un cancer.
  • Certaines infections sexuellement transmissibles comme la chlamydiose ou l’adénomyose s’attaquent à la muqueuse qui tapisse l’utérus et la fragilisent. Cela entraîne une inflammation de la zone susceptible de déclencher des écoulements en dehors de la période des menstrues. L’endométrite peut également résulter de la présence de débris placentaires issus d’un avortement mal effectué. Cette pathologie s’accompagne souvent de douleur au niveau du bas ventre. Les patientes se plaignent aussi de pertes vaginales malodorantes et de fièvre.
  • Enfin, ces saignements inhabituels peuvent représenter un symptôme de l’endométriose. Cette maladie se traduit par la présence anormale d’une muqueuse en dehors de la cavité utérine. Selon les statistiques officielles, au moins une femme sur dix en souffre. Outre le spotting, elle provoque également des douleurs aiguës et persistantes au niveau du bassin, des lombes et des abdominaux. Les malaises se prolongent souvent jusque dans les jambes. Les patientes victimes de cette pathologie éprouvent des difficultés à uriner.

Spotting sous contraception, la nécessité d’un bon dosage hormonal

Les saignements en dehors des règles représentent un problème bénin lorsqu’ils s’expliquent par un déséquilibre des proportions d’œstrogènes et de progestatifs présents dans votre organisme. Les légers écoulements sanguins disparaissent d’eux-mêmes si vous adoptez les attitudes qui s’imposent dans une telle situation. Dans le cas contraire, vous consultez un gynécologue.

Spotting sous pilule, une autorégulation hormonale

Vous ne devez pas arrêter la prise de vos cachets lorsque vous remarquez de légers écoulements sanguins. Cela remettrait en cause l’efficacité de votre traitement. Bien évidemment, cela vous exposerait à une grossesse non désirée. Vous devez absolument continuer quotidiennement avec la prévention conformément aux recommandations de la notice du fabricant. Cela vous évitera toute surprise désagréable. En effet, les saignements ne compromettent pas l’action de vos pilules. En cas de spotting, les légers écoulements sanguins disparaissent souvent d’eux-mêmes dès que l’organisme retrouve son équilibre en œstrogènes. Cela n’empêche pas de consulter un gynécologue plus tard dans le cadre d’un contrôle de routine. Il vous auscultera pour confirmer l’absence de tout dysfonctionnement susceptible de se compliquer.

Le déclenchement des menstrues après un oubli de votre contraception orale réduit considérablement les risques de grossesse non désirée. Par contre, vous devez rester très vigilante en présence d’un spotting. Continuez votre traitement si vous vous rendez compte de votre omission dans un délai de moins de 12 moins. Avalez le cachet que vous avez oublié et poursuivez normalement avec la prévention. Prenez aussi votre pilule lorsque le décalage dépasse une demi-journée. Toutefois, vous devez systématiquement protéger vos rapports sexuels protégés sur une période de 7 jours après ce constat. Lisez correctement la notice du fabricant pour relever les instructions prévues en cas d’oubli. Conformez-vous à ses recommandations pour éviter toute grossesse non désirée.

Spotting sous contraception, l’assistance d’un gynécologue

Vous devez rapidement consulter un spécialiste lorsque vous remarquez de persistants et abondants saignements anormaux sous pilule. Il vous auscultera pour vérifier si le dysfonctionnement relève réellement d’un dérèglement hormonal. Généralement, il vous prescrit un nouveau cachet en absence d’infection et de micro-traumatismes vaginaux. Il peut également vous demander de changer carrément de moyen contraceptif. Vous bénéficiez d’un suivi quasi identique lorsque vous remarquez de légers écoulements anormaux de sang sous stérilet, implant, patch ou anneau.

Spotting dû à une infection, des traitements spécifiques

Les saignements accompagnés de douleurs ne relèvent pas souvent de dérèglement hormonal. Ils persistent dans le temps et peuvent devenir abondants. Face à de tels symptômes, vous devez donc consulter un gynécologue pour qu’il vous ausculte. Il procédera à des tests et à différentes analyses pour identifier la pathologie à l’origine du dysfonctionnement. Ils proposent différents types de remèdes en fonction du diagnostic établi après les examens.

  • Les professionnels de la santé prescrivent généralement des antibiotiques lorsqu’ils se rendent compte que le spotting relève d’une maladie sexuellement transmissible comme la chlamydia. Vous devez suivre le traitement avec votre conjoint et tous vos éventuels partenaires des 2 derniers mois. Les médicaments et les dosages dépendront du type d’infection détectée et de sa gravité.
  • Les médecins réalisent souvent une intervention chirurgicale lorsque les tests et les analyses révèlent un fibrome, un polype ou un kyste. Ils prennent toutes les dispositions qui s’imposent pour la réussite de l’opération et pour un prompt rétablissement. Ils recourent à un protocole spécifique de soins dès qu’il diagnostique un cancer du vagin ou du col de l’utérus.

Peu importe sa cause, le spotting ne doit susciter aucune inquiétude. Des traitements efficaces existent pour arrêter rapidement ces écoulements de sang anormaux. Les professionnels de la santé maîtrisent parfaitement ce phénomène et ses différentes implications. N’hésitez pas à consulter votre gynécologue lorsque les saignements deviennent abondants et persistants. Après auscultation, il identifiera la maladie ou l’infection à l’origine de ce dysfonctionnement et vous aidera à prendre les mesures qui s’imposent.

Spotting, les précautions à prendre pour éviter une infection

Ces légers saignements irréguliers peuvent devenir gênants. Vous devez donc prendre soin de vos parties génitales avec précaution pour prévenir tout ennui de santé. Évitez systématiquement les toilettes intimes agressives. Cela pourrait assécher votre sexe et y favoriser la prolifération des mycoses. Ne recourez pas non plus aux tampons. Les petits écoulements sanguins ne s’y prêtent pas. Ils ne conviennent qu’aux menstrues. Ils pourraient détruire la flore vaginale et générer une infection si vous les utilisez lors d’un spotting. Prenez aussi des dispositions pratiques pour préserver vos sous-vêtements pour limiter les sensations de gêne. Les gynécologues recommandent généralement l’usage de protège-slips absorbants pour éviter les tâches.

Bien évidemment, vous devez également consulter un spécialiste dans le cadre d’un contrôle de routine. Cela s’impose surtout quand les écoulements de sang deviennent abondants et persistants. N’arrêtez sous aucun prétexte votre contraception en cas de saignements irréguliers au risque de tomber enceinte. Quant au spotting dû au stress ou à un long voyage, il disparaît souvent lorsque vous vous reposez suffisamment. Vous devez également vous détendre et vous relaxer pour retrouver assez vite votre équilibre hormonal. Si nécessaire, vous pouvez aussi consulter un spécialiste. Il vous prescrira des cachets pour arrêter rapidement ces saignements inopportuns et mettre fin aux gènes corporels.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *