Saignement de Nez : Causes et maladies possibles

Au cours de ses nombreux jeux, votre enfant est sans doute déjà venu vous voir avec le nez qui saignait. Très fréquent chez les jeunes, ce problème touche aussi tous les individus de tout âge et demeure la plupart du temps bénin. Au lieu donc de paniquer chaque fois et d’appeler votre médecin en urgence, vous pouvez adopter des gestes simples pour arrêter l’hémorragie. D’ailleurs, en ayant connaissance des causes et des manifestations de ce saignement de nez, vous saurez mieux y faire face. À cet effet, vous trouverez dans cet article toutes les informations nécessaires.

Présentation et caractéristiques du saignement de nez

Lorsque vous saignez du nez, cela n’a rien d’alarmant. Toutefois, ceci peut constituer un problème de santé plus grave si vous ne prenez pas les dispositions adéquates. Pour cela, vous devez bien connaitre ce phénomène.

Définition et caractéristiques du saignement du nez

En médecine, le saignement du nez s’appelle « épistaxis » et se caractérise par un écoulement de sang depuis les cavités nasales. En d’autres termes, il représente un trouble ORL qui fait généralement suite à une lésion du réseau vasculaire. En effet, c’est celui-ci qui se charge d’irriguer la muqueuse nasale, à partir de la zone de « tache vasculaire ». Aussi complexe qu’il soit, l’épistaxis demeure bénigne et passagère, et vous n’avez donc pas besoin de paniquer. Savez-vous comment se caractérise un saignement de nez ?

Dans la majorité des cas, l’épistaxis ne constitue pas un véritable problème de santé. Cependant, elle peut cacher une affection plus grave marquée par des saignements persistants ou à répétition. Si vous vous retrouvez dans cette situation, vous devrez rapidement consulter votre médecin. De manière plus détaillée, voici les différents types de saignements de nez possibles :

  • L’épistaxis bénigne : elle se caractérise par un écoulement goutte à goutte du sang par une narine (généralement, le nez coule aussi au même moment, ce qui donne l’impression d’une importante quantité de sang). Elle ne possède aucun impact sur l’état de santé ;
  • Les cas de saignements sévères : ici, vous noterez un écoulement plus abondant de sang. De plus, l’épistaxis concerne les deux narines à la fois ;
  • Les saignements avec des caillots de sang : dans ce cas, l’écoulement se dirige vers l’arrière, ce qui se distingue par la présence de caillots de sang dans le crachat par exemple. Ce type d’épistaxis peut altérer votre état de santé.

Les facteurs et les personnes à risques de l’épistaxis

Comme pour toute autre pathologie, certains facteurs favorisent le saignement du nez. De même, des catégories de personnes peuvent en souffrir plus facilement et plus fréquemment plutôt que d’autres. De façon générale, les enfants demeurent les plus touchés. Chez eux, l’écoulement de sang est encore plus banal et sans aucun risque apparent. Ainsi, au cours d’un jeu ou d’une promenade, ils peuvent remarquer le saignement. C’est alors aux parents de les rassurer et de leur apporter une assistance réconfortante. De plus, les plus jeunes peuvent provoquer le saignement sans le savoir, en se grattant par exemple l’intérieur du nez. Outre les enfants, les fumeurs et ceux qui consomment régulièrement de l’alcool ou de la drogue saignent également du nez.

Pour ce qui concerne les facteurs de risque, certains éléments peuvent aussi prédisposer les individus de tout âge à l’épistaxis. En résumé, voici quelques facteurs :

  • La prise de certains médicaments comme l’aspirine ou les anticoagulants ;
  • La consommation de la drogue par voie intranasale (héroïne et cocaïne) ;
  • Certaines maladies respiratoires et pulmonaires.

Les différentes causes du saignement du nez

Lorsque vous saignez par le nez, cela peut être causé par de multiples facteurs bénins ou inquiétants (dans les cas rares). Mais vous devez avant tout savoir que le nez renferme de petits vaisseaux sanguins très fragiles. Ceux-ci peuvent donc provoquer un saignement après un simple choc.

La principale cause de l’épistaxis

Comme déjà expliqué, le saignement du nez demeure la plupart du temps bénin et passager. La première cause est souvent liée à une rupture des vaisseaux ou capillaires sanguins. Situés à fleur de peau, ces vaisseaux très fragiles se retrouvent au niveau d’un point de croisement des systèmes artériels du nez. Ainsi, le moindre choc ou un grattement peut provoquer un écoulement de sang. En résumé, voici quelques facteurs qui peuvent accentuer cette sensibilité des vaisseaux et justifier un saignement :

  • Une longue et constante exposition au soleil ;
  • Un effort physique intense ;
  • Un grattement intempestif du nez ou de la fosse nasale.

Ces différents éléments peuvent prendre une plus grande ampleur chez les personnes à risques dont les enfants et même les patients âgés.

Quelques autres causes de l’épistaxis

En plus de la principale cause du saignement du nez, d’autres éléments peuvent provoquer ou simplement favoriser l’écoulement du sang par les narines. Même si celui-ci ne révèle a priori aucun problème sévère de santé, il peut toutefois cacher une anomalie ou une maladie sérieuse. Nous pouvons donc distinguer les causes localisées de celles généralisées.

Dans un premier temps, l’épistaxis peut avoir une origine localisée. Ici, elle est provoquée par des éléments circonstanciels et précis. Le saignement de nez pourrait alors être causé par :

  • Un traumatisme ou un choc ;
  • Une inflammation de la fosse nasale (la rhinite ou la sinusite) ou une infection ORL ;
  • Une tumeur bénigne ou maligne (elle peut se trouver à diverses zones du nez).

Dans un second temps, l’origine du saignement du nez peut être généralisée. Dans ce cas, il représente la manifestation d’une anomalie ou d’une maladie sous-jacente. Il s’agit notamment des facteurs ci-après :

  • Une anomalie vasculaire caractérisée par un défaut de coagulation ou une hypertension artérielle ;
  • Une maladie hémorragique souvent causée par une thrombopénie ou une thrombopathie ;
  • La prise de certains médicaments : les anticoagulants (aspirine, antivitamine K, les sprays nasaux décongestionnants) ou les formes de purpura ;
  • Une maladie vasculaire (la maladie de Rendu-Osler par exemple) ou une rupture d’anévrysme carotidien intracaverneux ;
  • Une maladie ou une tumeur rare (obstruction de la fosse nasale notamment) ;
  • Une rhino-pharyngite accentuée par un fort mouchage ou un violent éternuement ;
  • Un traumatisme au niveau de la tache vasculaire ou un traumatisme nasal avec ou sans fracture ;
  • La présence d’un corps étranger dans les narines ;
  • Certains facteurs environnementaux : une température froide, un changement d’altitude, un air sec, etc. ;
  • Des maladies de la coagulation (l’hémophilie, la baisse de la quantité de plaquettes sanguines, la thrombopénie, etc.) ;
  • Certaines maladies des vaisseaux sanguins (la télangiectasie hémorragique héréditaire).

Les conséquences et les maladies possibles de l’épistaxis

Dans la majorité des cas (près de 90 %), le saignement du nez ne présente aucun danger et ne suppose aucune affection de la fosse nasale ou du système respiratoire. Chez vos enfants ou chez un adulte, vous remarquerez généralement un écoulement de sang goutte à goutte par une seule narine. Toutefois, vous devez savoir qu’il existe d’autres types de saignements qui pourraient ou non devenir inquiétants. En résumé, voici les cas possibles :

  • Un écoulement plus ou moins abondant (goutte à goutte ou prolongé) ;
  • Un saignement unilatéral ou bilatéral (par une narine ou par les deux de façon simultanée) ;
  • Un écoulement ponctuel ou fréquent (quelques rares fois ou de manière plus régulière) ;
  • Un saignement passager ou persistant (sur une courte ou une longue durée).

Dès que votre enfant ou vous-même vous retrouvez dans l’une de ces situations, vous devez immédiatement mettre la tête en avant (surtout pas en arrière). Si vous envoyez la tête vers l’arrière, vous risquez d’avaler du sang par les voies digestives, ce qui provoquera des vomissements.

En cas de saignement de nez, vous devez aussi consulter votre médecin pour connaitre la cause précise et le traitement à adopter. Ceci devient surtout plus indispensable lorsque vous avez un écoulement abondant, persistant ou fréquent. Si vous tardez, cela pourrait entraîner d’autres conséquences ou maladies. De même, si l’épistaxis est suivie par des symptômes comme une pâleur, une faiblesse ou une tachycardie, vous ne devez pas manquer non plus de vous référer à votre médecin.

Pour ce qui concerne les maladies possibles, le saignement n’entraîne aucune autre affection. Par contre, il est causé par de différentes maladies comme énumérées plus haut. Toutefois, pour éviter d’accentuer la fréquence d’écoulement du sang et développer ainsi un problème respiratoire, vous devez consulter plus souvent votre médecin. Si le saignement est issu des petits vaisseaux fragiles situés à l’avant du nez, il ne présente aucune gravité et peut cesser. Cependant, si le saignement provient du fond du nez, il peut s’agit d’une blessure ou d’une rupture des gros vaisseaux sanguins. Ce cas parait plus inquiétant et requiert souvent une prise en charge immédiate.

Pour finir, si vous avez fréquemment des saignements inexpliqués, ceci pourrait être un symptôme de leucémie ou d’une tumeur au nez. Et comme dans les autres cas, vous devez consulter un spécialiste.

Que faire en cas de saignement de nez ?

Lorsque vous remarquez un saignement de nez, vous n’avez pas besoin de paniquer. Vous devez plutôt appliquer des gestes simples pour arrêter l’écoulement de sang.

Les réflexes indispensables à développer

Avant de chercher à appeler les secours ou votre médecin, vous pouvez arrêter vous-même le saignement du nez. Pour cela, vous devez juste garder votre calme et avoir certains réflexes. Pour vous aider, voici les conseils à suivre en cas d’épistaxis :

  • Asseyez-vous dans un environnement calme ;
  • Inclinez légèrement la tête vers l’avant et non l’arrière afin d’éviter le refoulement du sang vers la gorge ;
  • Mouchez-vous doucement avec un tissu ou un papier propre pour évacuer le sang ou les caillots sanguins ;
  • Disposez à l’entrée de vos narines un mouchoir propre ou du coton afin de limiter et d’arrêter le saignement ;
  • Comprimez l’aile de votre nez pendant environ 10 minutes afin d’arrêter complètement l’écoulement de sang ;
  • Vous pouvez aussi utiliser d’autres produits comme les tampons hémostatiques pour stopper le saignement.

Quand consulter un médecin ?

Vous le savez désormais, vous n’avez pas besoin de paniquer à la vue du sang qui coule de votre nez. Appliquez juste les bons gestes et le saignement s’arrêtera très vite. Quand devez-vous vous référer à un spécialiste ?

Appeler immédiatement votre médecin dès le début de l’écoulement ne sert à rien : au mieux, il vous recommandera les mêmes réflexes à avoir. Par conséquent, dès que vous vous trouvez dans le cas, appliquez les bons gestes. Ensuite, à la fin du saignement, vous pourrez vous rendre chez un spécialiste pour des examens afin de comprendre la cause de l’écoulement.

Par contre, si le saignement ne s’arrête toujours pas après la série de mesures, vous pourrez solliciter un avis médical ou une consultation. Lorsque l’épistaxis s’accompagne d’autres symptômes et se répète plus fréquemment, vous devez aussi appeler votre médecin ou un service d’urgence près de chez vous.

La prévention et les traitements possibles du saignement de nez

Pour éviter que le saignement de nez se répète plus souvent, vous devez suivre des mesures préventives. De même, le cas échéant, vous pouvez recourir à votre médecin pour des traitements avancés.

Comment prévenir le saignement de nez ?

Même si l’épistaxis demeure bénigne et passagère, vous ne devez pas la négliger. Vous ne devez pas non plus avoir des habitudes qui favorisent l’écoulement du sang. Par conséquent, vous devez adopter des gestes pour le prévenir. En bref, voici quelques conseils à suivre pour éviter au maximum le saignement du nez :

  • Évitez de vous gratter vigoureusement l’intérieur du nez et n’y insérez pas des objets ;
  • Coupez-vous régulièrement les ongles pour ne pas vous blesser les narines en vous grattant au besoin ;
  • Servez-vous plus souvent d’un humidificateur afin d’éviter une constante sécheresse à l’intérieur de la maison ;
  • Arrêtez de fumer et de consommer de la drogue (ne vous exposez pas non plus à la fumée des cigarettes) ;
  • Évitez autant que possible d’éternuer en gardant la bouche fermée ;
  • Utilisez régulièrement un lubrifiant nasal pour vous hydrater les parois du nez ;
  • Adoptez une bonne hygiène nasale (optez souvent pour des douches nasales) ;
  • Évitez au maximum la pollution atmosphérique pour limiter l’inflammation des fosses nasales.

Quelques traitements de l’épistaxis

En fonction de l’importance du saignement, votre médecin peut vous prescrire de différents traitements. Il devra aussi tenir compte de vos antécédents médicaux et d’éventuels troubles. En résumé, voici les soins envisageables après la consultation de votre médecin :

  • Usage d’un hémostatique local (éponge ou mèche à base de gélatine ou d’alginate de calcium) pour arrêter le saignement du nez ;
  • L’utilisation de la pommade H.E.C pour un traitement local dans le cas d’un saignement léger ;
  • Une cautérisation (chimique ou électrique) des muqueuses nasales pour les saignements abondants ou répétés ;
  • L’humidification du nez avec un sérum physiologique ou une pommade afin d’éviter la formation de croûtes après la cautérisation ;
  • Le tamponnement de la partie antérieure ou postérieure des cavités nasales avec du coton pour exercer une pression et arrêter le saignement ;
  • L’usage d’une sonde à double ballonnet pour stopper l’écoulement du sang des narines ;
  • Un traitement par méchage des fosses nasales aux urgences ;
  • Une naso-fibroscopie (examen pour à lumière froide pour étudier les fosses nasales).
0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *