Les principales conditions à respecter pour un don de sang

L’EFS est responsable de la sécurité des donneurs comme des malades. Son rôle est donc de garantir, tout au long de la chaîne transfusionnelle, des conditions optimales de qualité et de sécurité. C’est pourquoi il existe des contre-indications au don de sang, ponctuelles pour la plupart. Elles concernent environ 10 % des candidats au don.

L’âge et le poids

Il faut avoir entre 18 et 70 ans et peser plus de 50 kg.

L’état de santé

Il faut être en parfaite santé. Le don de sang est proscrit en cas de grande fatigue, d’anémie, de diabète insulinodépendant ou de traitement pour des crises d’épilepsie. Les femmes enceintes ne peuvent pas non plus donner et ce, jusqu’à six mois après l’accouchement.

Les textes réglementaires interdisent le don de sang aux personnes placées sous protection légale (tutelle, curatelle ou sauvegarde de justice).

Attendre 2 semaines après une infection virale

Il faut attendre 2 semaines après la fin des symptômes si le donneur contracte un virus (grippe, gastro-entérite, etc.). Il faut également attendre 2 semaines après la fin du traitement si le donneur a pris des médicaments tels que des antibiotiques, des corticoïdes en comprimés, etc.

Mais le don est proscrit définitivement à tout donneur atteint d’une maladie virale transmissible par le sang : la syphilis, les hépatites virales B et C, le VIH.

Attendre après une exposition à un risque d’infection

Certains actes de la vie quotidienne comportent un risque d’infection et nécessitent un délai avant un don de sang. Ainsi, il faut attendre :

  • 1 jour après le traitement d’une carie,
  • 7 jours après un détartrage,
  • 4 mois après un piercing ou un tatouage,
  • entre 7 jours et 4 mois après une intervention chirurgicale, en fonction du type d’intervention.

Attendre après certains voyages à l’étranger

Certains virus ou parasites peuvent être contractés lors d’un voyage à l’étranger. Pendant leur délai d’incubation, avant la manifestation de l’infection, le risque de transmission existe. C’est pourquoi des délais sont indiqués au retour de certains voyages. Ainsi il faut attendre:

  • 4 mois après le retour d’un voyage dans un pays impaludé : presque tous les pays tropicaux. Mais le don de plasma, la partie liquide du sang, reste possible dans ce cas, sans délai,
  • 4 mois, après un retour d’un voyage en Amérique Latine, en raison de l’exposition à la maladie de Chagas,
  • 1 mois, après le retour d’un voyage dans certains pays d’Europe, au Proche et Moyen-Orient, en Asie, en Amérique du Nord, en Amérique Centrale, outre-mer… selon les virus ou parasites connus (virus West Nile, coronavirus, dengue, chikungunya, etc.) et consultables ici.

Le donneur est définitivement contre-indiqué s’il a séjourné plus d’un an en Grande-Bretagne, entre 1980 et 1996. Cette mesure vise à écarter tout risque de transmission de l’encéphalopathie spongiforme bovine ou maladie dite de la vache folle.

Attendre après une exposition à un risque de maladie sexuellement transmissible

Tous les prélèvements de sang font l’objet d’un dépistage systématique des maladies virales transmissibles par le sang : la syphilis, les hépatites virales B et C et le VIH. Mais il existe une période silencieuse, dite « fenêtre sérologique », pendant laquelle les virus ne sont pas encore détectables.

Afin d’écarter tout risque de transmission, comme certaines de ces affections sont des maladies sexuellement transmissibles (MST), les textes réglementaires prévoient un délai après le dernier rapport sexuel, sous certaines conditions :

  • il faut attendre 4 mois après le dernier rapport, même protégé, dans le cas d’une rencontre avec un nouveau partenaire sexuel.

Pour un homme qui a ou a eu des relations sexuelles avec un autre homme, le don de sang est actuellement interdit. A compter du 1er juin 2016, le don de sang devient possible, selon les critères suivants :

  • le don de plasma sécurisé par quarantaine est possible, sans délai, si le donneur a connu un seul partenaire sexuel dans les 4 mois précédents le don et sans que celui-ci ait de comportement à risque connu,
  • il faut attendre 12 mois après le dernier rapport sexuel entre hommes pour effectuer un don de sang « total », un don de plasma employant une autre technique ou un don de plaquettes.

La contre-indication définitive est donc abrogée, à partir du 1er juin 2016, en cas d’antécédent de relation sexuelle entre hommes, quelle que soit son ancienneté.

Vous n’êtes pas sûr de pouvoir donner ? Pour en savoir plus, appelez le 0800 109 900 (numéro vert).

Vous pouvez aussi consulter la FAQ.

Guillaume

A propos de l'auteur: Guillaume

Hématologue dans un grand centre hospitalier en région parisienne, je gère le site dondusang.net depuis 2019.

Tu pourrais aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *