Les différentes techniques de greffe de cheveux

La plupart des hommes, au fur et à mesure qu’ils prennent de l’âge, craignent la calvitie. Ceux qui le sont déjà (chauve) s’adaptent du mieux qu’ils peuvent, mais il est certain qu’ils ont aussi cette envie de retrouver leur belle coiffe d’antan. Bonne nouvelle, la greffe de cheveux est désormais chose possible. Cette opération permettant de se faire une nouvelle chevelure s’effectue grâce à des techniques médicales bien distinctes les unes des autres. On vous les expose dans cet article.

Greffe de cheveux : qu’est-ce que c’est ?

Pour faire court, la greffe de cheveux est une méthode d’implantation de cheveux dans le cuir chevelu. Le principe est simple ; il consiste en un prélèvement de cheveux sur les parties qui n’en manquent jamais pour les réimplanter dans les zones éparses. Au bout de quelques jours (voire quelques semaines), les cheveux réimplantés chuteront pour repousser après quelques mois d’adaptation.

Vu la forte demande, le marché de la greffe de cheveux a connu une telle expansion que plusieurs techniques d’implantation ont vu le jour. Au nombre d’entre elles, on peut citer :

  • La FUT (Follicular Unit Transplantation) ;
  • La FUSS (Follicular Unit Single Strip) ;
  • La FUE (Follicular Unit Extraction) ;
  • La FUE sans rasage visible ;
  • La FUE automatisée ;
  • La IFA (Implantation Folliculaire Automatisée) ;
  • La DHI (Direct Hair Implantation).

La Follicular Unit Transplantation (FUT)

La FUT est la plus ancienne des méthodes d’implants capillaires. Encore appelée « technique de la bandelette », elle a été créée en 1970 et est adaptée pour les hommes ayant une faible densité de cheveux.

Pour ce faire, les spécialistes font un prélèvement sans rasage d’environ 4000 greffons derrière le crâne, le tout en une seule séance. Ils peuvent aussi effectuer un découpage d’une bande de cuir chevelu sur une partie ne manquant jamais de cheveux, afin d’en réimplanter plusieurs unités folliculaires sur la partie clairsemée de la tête du patient. La réimplantation se fait à l’intérieur d’espaces creusés au préalable par des incisions pour accueillir lesdites unités folliculaires (ou greffons).

Étant la plus ancienne des techniques de greffe, la FUT a une réputation de technique rudimentaire et dépassée chez la plupart des patients. Si elle est réussie et qu’il y a abondance de cheveux par la suite, le problème ne se pose pas. Mais lorsque la pousse est courte, les cicatrices créées sur la partie donneuse et sur celle receveuse sont très visibles. Rappelons que les cicatrices laissées au cours d’une FUT sont vraiment larges. Les espaces créés pour recevoir les implants sont creusés avec du matériel tranchant, créant aussi de petites cicatrices affectant la couleur de la peau.                  

La Follicular Unit Single Strip (FUSS)

La FUSS est aussi une des techniques utilisées pour le greffage de cheveux. Elle consiste, comme la FUT, à user d’une bandelette, mais ici le procédé est quelque peu différent. En effet, après avoir procédé au rasage des parties donneuses, le spécialiste découpe une bandelette à l’arrière du crâne ou sur la tempe du patient (découpage qui nécessitera une suture des bords de peau à la fin). Il fera ensuite un sectionnement microscopique de ladite bandelette pour y recueillir des unités folliculaires. Unités qui seront récupérées pour être implantées une à une en désordre — jamais en ordre — sur les parties sans cheveux, à l’aide d’une aiguille.

L’intervention chirurgicale pour une FUSS peut durer entre 03 heures et 05 heures. Le patient est placé deux fois sous anesthésie locale : une première fois pour le prélèvement et une seconde fois pour l’implantation.

La technique présente de nombreux avantages, mais aussi de nombreux inconvénients.

Les avantages de la FUSS

Le premier avantage de cette technique, c’est la grande quantité de greffons qu’on peut se faire implanter en une séance (3000 à 5000 greffons). Elle est adéquate pour les personnes ayant une calvitie sévère, c’est-à-dire plus ou moins complète.

Les inconvénients de la FUSS

Même si elle est invisible, à cause de la densité des cheveux provoquée par l’usage de la technique, une fine cicatrice existe bel et bien après l’intervention. Aussi, il faudra prévoir un budget compris entre 2500 euros et 3000 euros par séance (selon l’ampleur de votre perte de cheveux, il peut y avoir jusqu’à trois séances).  

La Follicular Unit Extraction (FUE)

La technique FUE est la méthode la plus moderne et la plus appréciée. Le mode opératoire est simple : à l’aide d’un petit bistouri muni d’un micro punch, le chirurgien spécialiste extrait les bulbes après le rasage de la nuque. Il réimplante les bulbes de la manière la plus serrée possible et en même temps décalée pour qu’il y ait au finish une bonne densité de cheveux.

Si elle correspond bien aux personnes ayant une petite touffe sur la tête, la technique FUE est par contre déconseillée à celles n’ayant quasiment pas de cheveux sur leur tête.

Pour une FUE, l’intervention peut durer jusqu’à 5 heures d’horloge en fonction du nombre d’implants à greffer. L’opération s’effectue sous anesthésie locale.

Comme toutes les techniques, la FUE a elle aussi ses avantages et ses inconvénients.

Les avantages de la technique FUE

La FUE en plus d’être efficace, est réputée sans douleur. Elle ne laisse guère de cicatrice, mais juste de petites marques blanches à la nuque ; ces dernières seront invisibles grâce à la forte densité des cheveux. Le matériel d’extraction capillaire en FUE est sophistiqué et très précis, ce qui augmente les chances de réussites de l’intervention.

Les inconvénients de la FUE

La FUE peut avoir des effets secondaires : tiraillements, petites croûtes au niveau des implants… Mais ces effets indésirables ne durent qu’un bout de temps. La faible quantité de greffons implantables en une séance et le coût astronomique de l’intervention (entre 5000 euros et 6000 euros la séance) représentent également des inconvénients.

La FUE sans rasage visible

Cette FUE tient son nom du fait qu’après le rasage, les zones rasées sont cachées par les cheveux au-dessus. Elle consiste en effet à raser à l’arrière de la tête, plus d’une bandelette. Après prélèvements des greffons, le chirurgien les réimplante — à l’aide d’une aiguille typique — sur la partie frontale de la tête de façon très serrée et à l’arrière de manière plus espacée.

Cette technique est utilisée pour les personnes ne souhaitant pas se retrouver avec l’arrière de leur tête complètement nue. L’intervention peut durer entre 3 et 5 h selon la quantité de cheveux à greffer.

Mais quels sont les atouts et les défauts de cette technique ?

Les avantages de la FUE sans rasage visible

Cette technique a comme atout principal l’invisibilité des cicatrices et du rasage des microbandelettes derrière la tête. Elle coûte 3000 euros environ, ce qui fait d’elle l’une des techniques les moins coûteuses comparativement aux précédentes.

Les inconvénients de la FUE sans rasage visible

La très faible quantité de greffons implantables par séance (500 environ), les probables effets secondaires (inconfort à la nuque, tiraillement…) sont les principaux inconvénients liés à cette technique.   

La FUE automatisée

Cette FUE est dite automatisée à cause du matériel automatique qui sert à aspirer le bulbe. Pendant l’intervention, le spécialiste doit obligatoirement procéder à un rasage de la nuque et enfin faire le retrait et la réimplantation du bulbe ; le tout, grâce au dit matériel automatique. La FUE automatisée est idéale pour les personnes (homme comme femme) ayant une chevelure dégarnie.

Les avantages de la FUE automatisée

L’instrument automatique garantit une meilleure survie des greffons et une belle pousse de cheveux après implantation. C’est probablement la technique la moins coûteuse : 1800 euros à 3200 euros par séance.    

Les inconvénients de la FUE automatisée

La quantité de greffons prélevée par séance est relativement faible. Il y a aussi des doutes sur l’hygiène de l’instrument automatique qui peut être utilisé pour deux patients différents.

L’Implantation Folliculaire Automatisée (IFA)

Ici également, le chirurgien se sert d’une machine d’extraction : un robot pour être plus précis (robot SAFER, ARTAS ou NEOGRAFT). L’extraction des unités folliculaires se fait à l’aide de ces engins mécaniques sur la tête du patient. Après extraction, les greffons sont implantés dans des trous creusés par incision au préalable.

Si avec l’IFA le résultat final est sans appel, il demeure que c’est une technique qui ne favorise pas la précision du chirurgien (de la phase de prélèvement jusqu’à l’implantation). De plus, le mouvement des robots sur la tête du patient peut s’avérer agressif.    

La Direct Hair Implantation (DHI)

La DHI est une forme ultra évoluée de la FUE. Elle est aussi très manuelle. Le chirurgien spécialiste doit procéder à l’extraction des follicules un à un. L’entièreté du processus d’extraction et d’implantation doit se réaliser à la main. C’est une méthode qui, à l’aide d’un injecteur de cheveux DHI, permet au chirurgien de contrôler étape par étape l’angle, l’épaisseur et l’orientation de chaque follicule.

Il s’agit d’une technique qui ne nécessite aucune incision, donc pas de cicatrices ni de douleur. La plupart des experts pratiquants de la DHI ont subi une formation spécialisée en la matière ; ce qui fait d’eux des personnes qualifiées.

Maintenant que vous avez une idée complète des différentes techniques de greffe de cheveux existantes, dites-nous laquelle allez-vous choisir pour votre prochaine opération d’implant afin de retrouver votre belle chevelure.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *