De quoi est composé le sang humain ?

Le corps humain est composé de différents éléments qui lui assurent une viabilité et un bon fonctionnement. La plupart du temps, les hommes ignorent la valeur de certains de ces constituants. Le sang par exemple est perçu juste comme un liquide rouge vital qui circule dans le corps. Pourtant, ce liquide demeure l’un des éléments les plus indispensables à la vie. Lorsqu’un corps se vide de son sang, il meurt. Lorsque l’un des éléments du sang humain finit par manquer ou par exister en supplément, le corps en souffre. Chaque constituant a sa touche particulière à apporter. Pour mieux les connaitre, il suffit de continuer la lecture.

Le plasma

Le sang humain est globalement composé de plusieurs éléments. L’élément qui occupe une plus grande place demeure le plasma.

Description

Le plasma est un liquide composé d’eau (en majorité), de sels, de lipides et d’hormones. Sa particularité est qu’il sert de canal aux autres éléments. C’est un peu comme le convoyeur des globules rouges. Il peut en cas de carence devenir la source de tous les maux. Lorsqu’il vient à manquer, tous les autres constituants du sang viennent à manquer. Il est donc primordial et mérite qu’on y consacre une attention particulière.

Le plasma est composé aussi de protéines telles que l’albumine, les immunoglobulines, les facteurs de la coagulation et le fibrinogène. Dans le lot, le constituant prioritaire est l’albumine. Cette protéine est très utile dans la constitution globale du sang. C’est elle qui donne sa valeur au plasma et lui confère toutes les fonctionnalités qu’on lui reconnait.

Utilité du plasma

Le plasma se montre très utile pour les autres composantes du sang en particulier et pour le sang lui-même en général.

  • Régulation du sang : en circulant, le sang finit par s’alourdir surtout lorsqu’il se charge de dioxyde de carbone. L’albumine contenue dans le plasma se charge de le liquéfier, de le rendre moins épais. Ainsi, il retrouve sa fluidité et peut circuler normalement dans le corps. Pour empêcher le sang de se fluidifier un peu trop, l’albumine réalise la même prouesse cette fois-ci en épaississant le sang. Cela facilite la circulation et l’alimentation en oxygène des autres organes du corps humain. C’est donc grâce au plasma que le sang est toujours relativement propre et circule dans l’organisme humain.
  • Anticorps : les immunoglobulines contenues dans le plasma fonctionnent comme des soldats du sang. Elles engagent et poursuivent le combat contre les batteries, les virus ou tout autre corps étranger. Ce sont des appuis fondamentaux dans le processus de soin du sang, d’épurement et de renforcement du sang.

Ce sont les anticorps offerts par le plasma en appui aux globules blancs. L’on peut les considérer comme les renforts.

  • Anti-saignement: lorsque l’on se blesse, on perd souvent du sang. Mais, à un certain moment, le saignement s’arrête et l’on remarque que le sang s’est coagulé. Les facteurs de coagulation du plasma y sont pour quelque chose. En réalité, ce sont les plaquettes qui se chargent de cela. Mais, le plasma leur apporte sa petite contribution. Cela arrange donc le blessé d’avoir un plasma riche.
  • Véhicule: le plasma sert de réceptacle aux autres constituants du sang humain. C’est lui qui leur permet de se sentir bien malgré leur constitution, leur composition et leur évolution durant tout le trajet cyclique de la circulation sanguine. Donc, globalement, les globules blancs, les globules rouges et les plaquettes sanguines sont embarqués par le plasma. Il leur facilite le déplacement et les aide à atteindre les autres organes. C‘est le milieu favorable de leur expansion et de leur fonctionnement, leur eau-de-vie, leur source de bon état.

Les globules blancs

Les globules blancs, encore appelés leucocytes, sont des cellules contenues dans le sang.

Présentation

Ils représentent avec les plaquettes sanguines 1 % de la composition sanguine. Cela signifie que leur nombre est bien limité en fonction de leur utilité. À cause de leur petit nombre et de leur caractère indispensable, les médecins sont en alerte à chaque bilan sanguin. Les leucocytes circulent dans le sang, se tassent dans le système lymphatique, dans les organes lymphoïdes ou dans les tissus conjonctifs. De ces différents endroits, ils peuvent plus facilement défendre le corps humain.

Ce sont des cellules prises pour soldats par l’organisme humain. Pour tels, ils ne peuvent souffrir d’aucune situation désavantageuse. Cela risque de placer tout l’organisme dans une posture bien délicate. Ils assurent la défense, la régénérescence et la multiplication des autres composants du sang selon la situation qui prévaut. Leur fonction est souvent placée comme priorité.

On en distingue trois différentes sortes. La catégorisation se fait en fonction de la forme de chaque élément. On peut alors citer les lymphocytes, les granulocytes et les monocytes. Chaque élément a sa part à jouer durant la défense ou la reconstitution du système immunitaire humain.

Utilité des globules blancs

Leur utilité se remarque suivant l’immunité provoquée par l’attaque.

  • La fonction immunitaire innée: en premier lieu, les leucocytes assurent la fonction immunitaire innée. C’est la réaction instantanée dont le corps fait montre une fois qu’un corps étranger jugé dangereux y fait son apparition. C’est un processus des plus simples et intuitif. Les cellules se liguent alors contre cet élément. L’organisme reçoit l’information et réagit avec des inflammations ou tout autre signe similaire.
  • La fonction immunitaire adaptative: en second lieu, l’on a la réaction immunitaire adaptative. Cette dernière permet à l’organisme, plutôt aux globules blancs, de reconnaitre une maladie déjà contractée et battue. Les cellules se remobilisent une fois que cette dernière fait son entrée par le biais de ses agents pathogènes dans l’organisme. Cette fonction n’est pas une action irréfléchie. C’est un pouvoir immunitaire en lien avec la capacité de mémorisation des gènes les plus toxiques déjà recensés par les globules blancs.

Types de globules blancs

Dans la réalisation de leur tâche, chaque groupe de globules blancs est assigné à une tâche bien précise. La défense se réalise de façon coordonnée pour que l’organisme reprenne le dessus sur la maladie.

  • Les cellules dévoreuses: elles se chargent de détruire en absorbant les agents pathogènes. La bataille est plus ciblée et l’élimination est directe. Parmi les dévoreuses, il y en a qui ne s’attaquent pas aux éléments nuisibles, mais aux cellules déjà en perte de vie afin d’abréger leur souffrance et d’empêcher la contagion d’autres bien portantes.
  • Les cellules productrices: celles-ci produisent des anticorps afin de lutter contre la maladie. Leur spécificité réside dans leur aptitude au combat. Dès l’apparition des agents pathogènes, elles créent des soldats adaptés à la situation, pour les neutraliser.
  • Les cellules-aide: ce sont les éléments qui viennent à la rescousse des autres cellules lorsque la réaction n’est pas assez vive ou contraignante. Ces types de cellules enregistrent les données passées et en tirent des leçons pour renforcer les autres. Ils interviennent plus fréquemment au cours d’une action d’immunité adaptative.

Les globules rouges

Les globules rouges sont de petites cellules en grand nombre dans le sang. Si l’on considère que le plasma occupe 55 % du liquide rouge vitale, les plaquettes sanguines et les globules blancs 1 %, les globules rouges ont pour eux le reste de la composition.

Présentation des globules rouges

Ce sont des disques biconcaves. Autrement dit, ils ressemblent à de petits cercles avec un enfoncement au-dessus et en dessous. Ce sont des cellules sans noyau. Les globules rouges fonctionnent en échangeurs de gaz. Ils sont caractérisés généralement par la couleur rouge. Leur composition est foncièrement basée sur l’hémoglobine. C’est la protéine à la base de leur couleur. Elle leur permet de garder cette teinte durant tout le processus d’échange. Cette protéine est aussi lourde en fer.

Utilité des globules rouges

Les globules rouges ont pour fonction principale le transport de l’oxygène. À travers les disques, l’oxygène obtenu à l’inspiration est stocké. Les cellules les fixent grâce à l’hémoglobine. Une fois que la fixation est effective, le transport s’opère jusqu’aux organes concernés. C’est cet oxygène qui aide le corps à fonctionner normalement. À travers cette opération, les globules rouges se présentent comme des véhicules transportés par un autre cargo qu’est le plasma. Ainsi, chacun remplit sa part naturelle de fourniture d’un canal à un élément nécessiteux.

En plus, ces cellules rouges font de l’épuration. En fait, lors de la respiration, il y a l’inspiration et l’expiration. Pour que l’inspiration soit bien accomplie, il faut que l’expiration soit une réussite. Les cellules se chargent d’équilibrer alors le processus. Ainsi, une fois qu’elles ont ramené l’oxygène aux organes du corps, elles récupèrent le dioxyde de carbone. Elles vont ensuite le convoyer vers les poumons qui vont se charger de l’expulser. Les organes sont donc épurés. L’organisme s’en porte mieux. Ce cycle de la circulation sanguine est primordial pour le maintien en bon état de tous les organes, sans exception, de l’organisme humain.

Aussi, est-il normal de rappeler que ce sont ces cellules qui sont responsables des marqueurs de gène. C’est dire que pour connaitre votre groupe sanguin et le rhésus, on doit se référer à vos globules rouges. Ils portent les antigènes. Cela indique aussi en quoi ces cellules sont importantes pour l’organisme en général et pour le sang en particulier.

Lorsque l’on se blesse, les globules rouges sont les éléments les plus exposés. lls sortent en grand nombre. C’est d’ailleurs pour cela qu’après une hémorragie, l’on exige une transfusion sanguine, laquelle transfusion prend en compte la majeure partie du temps des globules rouges. L’organisme a horreur du vide. Plus vous perdez de sang, plus votre respiration devient compliquée. Cela s’explique par le manque de conducteur d’oxygène qui déteint sur les poumons. Cela entraine inéluctablement une réaction immunitaire exagérée.

Les plaquettes sanguines

Une plaquette sanguine occupe avec les globules blancs une infime partie du sang humain, soit 1 %.

Description

Ce sont des fragments de cellules pratiquement indépendants. Ils peuvent se suffire et créer des schémas de progression différents selon la situation. Tout dépend du besoin de l’organisme. Les plaquettes sanguines se conçoivent comme des cellules sans noyau dont la formation se réalise au niveau de la moelle osseuse. Elles sont produites pour durer au maximum 9 jours. Cela sous-entend qu’elles se renouvellent plus facilement que toutes les autres cellules du sang.

Les plaquettes sont considérées comme des fragments. Ce sont des éléments qui permettent au sang de suivre son trajet normal. C’est une sorte de rempart contre les hémorragies aussi bien internes qu’externes. Selon les médecins, une baisse ou une hausse de la quantité de plaquettes dans le sang peut avoir des conséquences graves. C’est bien pour cette raison que l’on veille à ce que ces éléments soient assez présents avant de passer à toute opération chirurgicale de grande envergure. Il arrive même que l’on fasse des transfusions de plaquettes sanguines.

Utilité des plaquettes sanguines

Les cellules fragments du sang sont conçues pour empêcher les hémorragies. Cela se fait par le biais de la coagulation. Lorsque l’on se blesse, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du corps, c’est qu’un vaisseau s’est fragilisé. Le sang a donc pu se libérer. À ce moment, la réaction naturelle entraine un recouvrement de la défaillance du vaisseau. C’est à cet instant que les fragments interviennent. Ils forment avec l’aide des facteurs de la coagulation un barrage pour stopper l’hémorragie. Le sang devient juste un peu plus lourd, puis se coagule. L’hémorragie s’achève. Ce mécanisme est opérationnel aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la peau. Il conduit à une cicatrisation plus rapide. Pour en faire l’expérience de visu, il suffit d’être attentif à une blessure.

L’autre utilité des plaquettes se trouve dans leur fonction de rempart. En effet, elles bloquent la sortie des cellules, du sang, du plasma des vaisseaux. Tout en fonctionnant de cette manière, elles limitent les risques de contagion, de contamination, d’infection. Ce sont en quelque sorte des couvertures contre les autres bactéries, virus et agents pathogènes. Le rempart est dirigé aussi bien vers le sang que vers les agents nuisibles. Il oblige le sang à rester dans le compartiment qui lui est réservé et refuse l’accès aux agents pathogènes.

Chaque élément du sang humain a sa place. Les quatre constituants répandus en quantité variable selon le besoin ont une utilité spécifique intradépendante. Leurs fonctions sont si bien coordonnées qu’elles sont toujours utiles à l’organisme. Si l’un d’entre ces éléments venait à manquer, c’est tout le corps humain qui en paie le prix fort. Le plasma est un liquide réceptacle. Les globules blancs sont les protecteurs de l’organisme et ses défenseurs contre les attaques des agents pathogènes. Les globules rouges sont reconnus comme sources de la coloration rouge du sang et transporteurs de l’oxygène, mais aussi comme les responsables du groupage sanguin et du rhésus. Les plaquettes sanguines sont les remparts prioritaires de l’organisme lors d’une hémorragie.

Il faut veiller à faire un bilan sanguin mensuellement afin de connaitre au mieux son état de santé. Au fond, le sang est la base de toute la constitution de l’organisme.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *