Don de plaquettes : le fonctionnement, les précautions et les contre-indications !

Vous avez sans doute entendu parler du don de sang. D’ailleurs, vous l’avez peut-être déjà fait pour sauver des vies. En dehors des campagnes et opérations de dons de sang, il y a bien d’autres pratiques similaires qui ont une importance aussi grande. Entre autres, il y a également le don de plaquettes. Si elle est moins connue, elle a une réelle utilité. Ici, retrouvez toutes ces informations clés à avoir sur le don de plaquettes !

Que représentent les plaquettes dans l’organisme ?

Le sang humain est constitué de globules rouges, de globules blancs, de plaquettes et du plasma. Encore appelées thrombocytes, les plaquettes sont formées dans la moelle osseuse. Afin d’assurer un parfait équilibre du flux sanguin et un bon fonctionnement de l’organisme en général, une moelle osseuse produit des milliards de plaquettes par jour.

En réalité, lorsqu’un individu perd du sang (hémorragie de toute sorte), la fonction coagulatrice des plaquettes s’active pour arrêter le saignement. De plus, dans le cas d’une blessure, les plaquettes forment une croute rouge à la surface de la plaie afin d’arrêter le saignement. Leur action est indispensable pour la cicatrisation d’une plaie.

Quel est l’intérêt d’un don de plaquettes ?

Lorsque survient un dysfonctionnement au niveau de la moelle osseuse, la quantité et la qualité des plaquettes prennent un coup. Cela peut entraîner des hémorragies sévères et bien d’autres complications. Lorsqu’un patient se trouve dans cette situation, une transfusion de plaquettes s’avère indispensable.

Il faut noter que six poches de sang sont nécessaires pour effectuer une transfusion de plaquettes. Pourtant, lorsque les plaquettes ont été préalablement collectées, une poche est suffisante pour sauver un patient en détresse.

En France seulement, le besoin de plaquettes est évalué à 500 dons par jour pour satisfaire la demande. En outre, la transfusion de plaquette permet de soigner de nombreux maux.

Une leucémie

La moelle osseuse d’un sujet atteint d’une leucémie est envahie par des cellules anormales. Cela empêche l’organe de produire des cellules saines, notamment les plaquettes. Une transfusion régulière de plaquettes est alors nécessaire pour ces personnes. La transfusion favorise un meilleur fonctionnement de l’organisme et une meilleure réponse de cette dernière au traitement de la leucémie.

Un cancer

Une chimiothérapie s’impose pour soigner un cancer. Généralement, ces thérapies sont si fortes qu’elles détruisent aussi bien les cellules cancéreuses que plusieurs cellules saines notamment les plaquettes contenues dans le sang.

Une aplasie

Une aplasie fait référence à une diminution ou à un arrêt de la fabrication des cellules sanguines par la moelle osseuse. Elle peut avoir plusieurs causes. Ce sont notamment des maladies propres à la moelle, la chimiothérapie, la radiothérapie, les greffes de moelle, etc.. Un patient qui subit une aplasie doit recevoir des transfusions de plaquettes jusqu’à ce que la moelle osseuse fonctionne à nouveau normalement.

Sauver des vies : c’est la principale raison pour laquelle vous devriez faire des dons de plaquettes. De nombreuses personnes atteintes de différents maux en ont continuellement besoin.

Quelles sont les conditions pour faire un don de plaquettes ?

De façon générale, toute personne en bonne santé dont l’âge est compris entre 18 et 65 ans peut faire un don de plaquette. Par ailleurs, les donneurs réguliers peuvent aller jusqu’à 75 ans. Un avis médical est néanmoins nécessaire. En outre, le potentiel donneur doit avoir un poids supérieur ou égal à 55 kg. Pour un premier don, le donneur devra se soumettre à un test d’éligibilité.

Cependant, il existe certaines contre-indications qui rendent un donneur inéligible. Ce sont entre autres :

  • la prise d’un traitement antibiotique ;
  • un antécédent de paludisme ;
  • la présence d’une infection active transmissible par le sang ;
  • des tatouages ou piercings datant de moins de 4 mois ;
  • un séjour dans une région où peuvent sévir certaines maladies.

Ces contre-indications permettent de protéger le receveur des plaquettes.

Comment se déroule le don de plaquettes ?

Le don de plaquette se fait sur rendez-vous. En France, l’Etablissement Français du Sang (EFS) et le Centre de Transfusion Sanguine des Armées (CTSA) sont les institutions autorisées par l’État pour faire des collectes de plaquette. Dans ces centres, le donneur est pris en charge par un personnel médical qualifié qui assure un bon déroulement de la collecte.

Formalités pré collecte

Sur le site, le donneur remplit un questionnaire comme dans le cas d’un don de sang ou d’un don de plasma. Ensuite, il a un court entretien avec un membre du personnel médical. Les renseignements dans les réponses aux questions ainsi que l’entretien permettent d’écarter toute contre-indication afin de collecter des plaquettes saines.

Par ailleurs, lorsqu’une contre-indication est constatée, le donneur doit reporter son don. Il faut souligner que les contre-indications qui empêchent un don de plaquettes sont dans 80 % des cas temporaires. Le donneur doit juste respecter la période d’exclusion et revenir faire son don une fois le moment venu.

Collecte proprement dite

La collecte de plaquette proprement dite se fait pendant environ 90 minutes. Cependant, il faut prévoir une trentaine de minutes de plus pour les formalités pré et post collecte. La collecte se fait par la méthode d’aphérèse. En effet, le sang du donneur est prélevé et passe dans une machine. Cette machine permet de séparer les constituants du sang en vue de collecter uniquement les plaquettes. Cette méthode permet de collecter jusqu’à six fois plus de plaquettes que lors d’un simple don de sang.

Les plaquettes sont ainsi collectées et le sang est ensuite réinjecté dans le corps du donneur. Cela explique le fait que le don de plaquettes soit beaucoup moins fatigant que le don de sang. En outre, selon le poids du donneur et son volume sanguin circulant, on peut prélever entre 450 et 650 ml de plaquettes au cours d’un don. Ce volume contient entre 300 et 700 milliards de plaquettes.

Conservation et fréquence de don

Les plaquettes ont une durée de vie assez courte. Elles ne sont viables que pendant 7 jours. Ainsi, un grand stock ne peut pas être fait. C’est la raison pour laquelle un donneur peut effectuer plusieurs dons. En respectant un intervalle d’au moins quatre semaines entre chaque don, un donneur peut faire jusqu’à 12 dons de plaquettes en une année.

Indications et contre-indications

Le don de plaquette est un acte totalement sécurisé. Néanmoins, il est nécessaire que le donneur prenne certaines précautions pour ne pas avoir un désagrément pendant ou après la collecte. Il doit préparer son organisme pour la collecte. Il est nécessaire que le donneur se sente en très bonne forme avant de faire un don de plaquette. La fatigue, une douleur, ou une quelconque gêne requiert le report de la collecte.

Par ailleurs, une bonne alimentation est nécessaire avant le don. Une fois le rendez-vous pris, le donneur devra faire plus attention à son alimentation. Cela favorisera une forte production de plaquettes par sa moelle osseuse. Ainsi, il ne sentira presque pas de fatigue après la collecte. De même, il est conseillé de boire assez d’eau. Une bonne hydratation avant, pendant et après la collecte permet une régénérescence rapide des plaquettes.

La conduite à tenir après la collecte

Le don de plaquette n’est certes pas très fatigant. Néanmoins, certains donneurs peuvent sentir un malaise pendant ou après le don. Il s’agit généralement d’un malaise vagal qui n’a pas de gravité. Pour cette raison, il est judicieux que le donneur se repose après la collecte. Une activité sportive intensive et la conduite sur une longue distance sont proscrites après une collecte de plaquettes. De même, le donneur doit bien manger et bien s’hydrater après le don.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *