Don de sang après un voyage à l’étranger : Les restrictions  !

De nombreuses vies sont sauvées grâce au don de sang, ce qui justifie son importance. Ce n’est pas pour rien que l’une des phrases accrocheuses lors des campagnes de collecte affirme que « Donner son sang, c’est donner la vie ». Cependant, bien que cela soit un acte volontaire, il existe quand même certaines restrictions pour garantir la sécurité. Cet article vous en dit un peu plus sur le don de sang ainsi que sur les restrictions concernant le don de sang après un voyage à l’étranger.

Les critères basiques pour pouvoir donner son sang

Un donneur doit avoir au minimum 18 ans et au maximum 70 ans. L’autorisation d’un médecin de l’EFS (Établissement français du Sang) est nécessaire pour quelqu’un qui fait son premier don à 60 ans. Pour assurer la sécurité du donneur ainsi que la qualité du sang, tout donneur doit peser au moins 50 kg.

Quel doit être l’état de santé d’un donneur en temps normal  ?

Il peut arriver que vous ayez une éventuelle maladie, aussi minime soit-elle, comme le rhume, la toux, la diarrhée ou une plaie cutanée. Dans ce cas, vous devez attendre au moins 15 jours après sa disparition avant de penser à donner votre sang. Il ne doit y avoir aucun traitement aux antibiotiques depuis au moins 14 jours. Si les médicaments que vous prenez ont été prescrits pour une situation particulière, il revient au médecin de décider de votre éligibilité à donner du sang.

Si vous prévoyez de vous faire vacciner pour des maladies telles que la rougeole, la rubéole, la varicelle, le rotavirus, la tuberculose ou la fièvre jaune, il faudra le faire quatre semaines antérieurement à la collecte.

Pour les opérations chirurgicales, il faut attendre quatre mois avant de passer à l’acte. Vingt-quatre heures d’attente sont suffisantes pour un soin dentaire et une semaine pour un retrait de dent.

Quant aux femmes, elles ont la possibilité de donner leur sang même pendant leurs menstruations. Il en est de même en cas de prise de pilule contraceptive. Par contre pour les femmes enceintes, en vue d’éliminer tout risque de manque, il est préférable qu’elles n’en donnent pas. Elles ont le feu vert six mois après l’accouchement.

Les personnes ayant des problèmes cardiaques, les victimes de cancer, les diabétiques qui se traitent à l’insuline ou des personnes qui ont déjà été transfusées auparavant, ne sont pas aptes à donner leur sang. Tout simplement parce qu’il y a des risques de complication qui peuvent s’avérer fatals. Il en va donc de leur sécurité.

Si vous êtes anémié ou si vous manquez de fer dans votre organisme, vous ne pourrez pas donner votre sang, car il est essentiel que le taux d’hémoglobine soit normal. Le risque d’allergie aux produits utilisés pour prélever le sang entraine aussi une interdiction de don de sang.

Le mode de vie adéquat pour un donneur

Bien évidemment, il est important de mener un bon mode de vie, si l’on souhaite faire un don de sang. Comme l’affirme un proverbe français :

Qui est en bonne santé est riche sans le savoir. 

Il faut donc se nourrir convenablement et adopter de bonnes habitudes. Vous pouvez découvrir sur le site doctonat.com, de nombreuses astuces sur la santé naturelle ainsi que des informations très utiles sur les médecines alternatives.

Pour quelqu’un qui veut faire don de son sang, il est conseillé qu’il soit sobre depuis au moins 24 heures avant la collecte. Si vous avez un passif d’injection par intraveineuse, vous n’êtes pas éligible au don de sang, car vous courez le risque d’être infecté ou contaminé.

Quant aux personnes sexuellement actives, elles ne pourront pas donner leur sang si elles ont eu des relations avec différentes personnes dans la période des quatre mois précédents la collecte. Cette période se prolonge de quatre à douze mois si lors des relations il y a eu des pratiques à risques telles que l’administration de drogue ou une relation à partenaires multiples.

Si un homme a eu une relation avec un partenaire de même sexe, il devra s’abstenir de toute relation sexuelle pendant un an avant de pouvoir donner son sang.

Au cas où le donneur se serait fait tatouer ou s’il a des piercings, il faudra qu’il attende quatre mois afin d’éviter toute propagation de virus ou de bactéries.

Vous devez être en forme pour donner votre sang et éviter tout malaise. Contrairement à ce qui se dit, il est conseillé de se nourrir avant le don de sang. Néanmoins, il faut éviter trop de gras ainsi que les boissons à forte teneur en alcool. Une bonne hydratation, avec du jus de fruits ou de l’eau, vous permettra d’être à votre aise. En plus de toutes ces précautions, le personnel médical sur les lieux veillera au bien-être de chaque donneur, que ce soit avant ou après le don.

Il est conseillé de patienter trois à sept mois avant de recommencer à avoir des activités intenses si vous êtes pratiquant de sport de haut niveau. Cela dans le but de mieux récupérer. Il convient alors de prévoir les dons de sang sur des périodes qui conviendront à votre planning. Pour cela, vous pouvez vous renseigner auprès du service en charge de la transfusion sanguine dans votre région.

Donner son sang après un voyage à l’étranger

Très souvent, bon nombre de personnes se posent des questions sur la possibilité de donner du sang après un voyage à l’étranger. En effet, après leur retour, elles sont soumises à des conditions médicales obligatoires et très strictes. Cela en fonction du sexe, de l’âge, de la corpulence, des traitements médicaux, d’une grossesse, d’une maladie, d’une opération ou d’une infection. Un autre aspect majeur considéré est la destination du voyage effectué.

Combien de temps attendre avant de donner son sang après un voyage à l’étranger  ?

Dans la réglementation générale, il n’est pas obligatoire d’attendre avant de donner son sang si le voyage a été effectué au sein de l’Europe. Cependant, la durée d’attente peut varier de 28 jours à 06 mois pour les voyages hors de l’Europe en plus des iles Canaries. Pour ces personnes qui ont séjourné en Amérique latine, en Amérique centrale, en Afrique, en Asie dans une zone sujette à la malaria, la période d’attente peut se prolonger à 3 ans avant qu’ils ne puissent faire un don de sang ou de plaquettes. Si vous revenez d’un lieu à grand risque de contamination de l’hépatite ou du sida, vous devez attendre un an.

L’instabilité des régions à risque

Il peut arriver que le fait de voyager dans certains pays de l’Europe soit suivi d’une période d’attente pour un don de sang. En effet, l’on constate ces derniers temps que des maladies spécifiques aux régions tropicales surgissent dans des pays d’Europe en été. La conséquence est donc que certains pays peuvent être déclarés à risque sur une courte période.

Les maladies concernées par les restrictions

En raison du fait qu’il faut parfois du temps avant qu’une de ces maladies ne puisse être détectée après la contamination, un soin minutieux est apporté lors des contrôles après voyage. Si l’on ne tenait pas compte de cela, le risque que les receveurs soient contaminés serait à son maximum. Voici une liste de ces maladies :

  • La maladie de Chagasdont la transmission se fait à l’homme par une espèce de punaise qui porte différents noms en fonction des régions. Cette maladie se retrouve principalement en Amérique latine, dans des pays spécifiques.
  • Le virus Ebola dont la contamination peut se faire très rapidement, et même d’un pays à l’autre. Ce sont les animaux sauvages (chauves-souris, singes, etc.) qui la transmettent à l’homme. Les pays les plus touchés sont ceux de l’Afrique de l’Ouest.
  • Le chikungunya dont la transmission se fait par les moustiques. Comme le virus Ebola, elle entraine une maladie aiguë, voire chronique. Il est très répandu puisqu’on le retrouve dans les pays d’Afrique, d’Asie, d’Europe et même des Amériques.
  • La dengue qui elle aussi est transmise par les moustiques. Les zones favorables à sa transmission sont celles soumises à de fortes précipitations et à des températures élevées. Elle est également très contagieuse.
  • Le virus Zika, qui est présent en Afrique et en Asie, se transmet par les moustiques. Récemment, sa trace a été décelée dans certains pays d’Amérique. La maladie provoquée par un tel virus est souvent sans gravité, mais elle peut cependant avoir de lourdes conséquences sur un fœtus.
  • Le West Nile, qui se retrouve principalement en Amérique du Nord et en Europe centrale aux environs de la méditerranée. La transmission est faite par les moustiques.
  • Le Merscov encore appelé Coronavirus est un ensemble de virus pouvant provoquer plusieurs sortes de maladies. Les pays du proche et du Moyen-Orient sont les plus touchés.
  • Les paludismes qui sévissent notamment en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Ce sont cinq types de parasites qui en sont responsables. La transmission se fait par piqures de moustiques.

Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur le site de l’EFS afin d’obtenir la liste des pays avec ajournement au don de sang pour ces maladies.

Guillaume

A propos de l'auteur: Guillaume

Hématologue dans un grand centre hospitalier en région parisienne, je gère le site dondusang.net depuis 2019.

Tu pourrais aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *